Affaire un jeune coiffeur tué à Marcory : Un témoin raconte les derniers instants de la victime

« Quand je suis rentré dans leur maison, j’ai constaté qu’il y avait du sang partout »
« Quand le docteur a dit que Serge est mort, Patricia s’est jetée par terre en pleurant »
Kouassi Koffi Serge a été arraché à l'affection des siens

Deux jours après le meurtre de Kouassi Koffi Serge, à Marcory Sicogi, un jeune, voisin de la victime qui avait été appelé par une des sœurs de la présumée meurtrière, s’est confié à Linfodrome. Nous vous livrons son témoignage sur les derniers instants du jeune coiffeur.

Les langues se délient après le meurtre de Kouassi Koffi Serge, le jeune coiffeur qui a reçu des coups de paire de ciseaux dans le cou, le dimanche 17 mars 2019, lors d’une altercation avec la prénommée Patricia. Ce mardi 19 mars 2019, lors de notre passage au domicile du défunt à Marcory Sicogi, un voisin de la victime, qui a été appelé par une des sœurs de Patricia, la présumée meurtrière, pour les aider à conduire Kouassi Koffi Serge à l’hôpital s’est confié à Linfodrome.

Avant de raconter les derniers instants de la victime, le jeune témoin a expliqué qu’il a déjà été entendu par la police criminelle dans le cadre de cette affaire.

Lire aussi cet article : Meurtre d'un jeune coiffeur à Marcory : Voici la version de son cousin Pokou Bernard

Selon ce témoin, il a été appelé par Rachel, la sœur de Patricia pour les aider à faire sortir Kouassi Koffi Serge agonisant de la cour. « Quand je suis rentré dans leur maison, j’ai constaté qu’il y avait du sang partout. Serge était couché, il y avait le sang partout. Il agonisait. Il était mouillé, ils avaient versé de l’eau sur lui, il avait un pagne à son cou. Il y avait Patricia, Rachel, Dimitri. Les 3 m’ont demandé de transporter Serge pour l’emmener à l’hôpital. Je l’ai fait sortir de la maison parce que Dimitri ne pouvait pas le transporter », raconte le jeune témoin.

Dans sa volonté d’aider à évacuer le blessé à l’hôpital, il s’est renseigné sur l’auteur de la blessure. « Dimitri m’a dit que c’est Patricia. Quand nous sommes sortis, je leur ai laissé mon téléphone (le téléphone est resté dans la main d’Inno : ndlr) pour que je puisse les retrouver, en cas de besoin. Patricia, sa grande sœur Christelle, leur sœur Inno sont montées dans le taxi avec Serge. »

Le témoin poursuit son récit et fait savoir qu’après avoir informé son frère aîné, celui-ci a appelé. Au bout fil, une voix féminine lui a indiqué qu’ils étaient dans une clinique, non loin de l’église Sainte Bernadette, où il s’est directement rendu. Quant au témoin, il explique qu’il est retourné à la maison pour avertir Guizo, le petit frère de Serge. Par la suite, les deux ont rejoint le groupe à la clinique. « Quand nous sommes rentrés, Patricia a remis deux plaquettes de médicament à Guizo pour donner à Serge. Guizo a demandé est-ce que Serge est vivant ? Inquiet, il a touché son frère, mais aucune réaction. Il est sorti de la clinique en promettant de revenir. J’ai eu peur et j’ai touché Serge, il ne bougeait toujours pas. », ajoute -t-il, avant de préciser que « Patricia a commencé à trembler ».

La suite ? Selon le témoin, un ami de Serge est arrivé dans la clinique. Notre informateur raconte qu’il avait pensé que ce dernier travaillait à la clinique. « Quand il a vu l’état de Serge, il savait que le pire était arrivé. Il nous a demandé de sortir. Quand nous sommes sortis, le docteur a dit qu’il voulait s’adresser à une grande personne. Mon grand frère est rentré dans le bureau du docteur qui lui a dit que Serge n’était plus là (Il est décédé : ndlr). Et le docteur a demandé qu’on vienne dans son bureau. Quand le docteur a dit que Serge est mort, Patricia s’est jetée par terre en pleurant. Je suis sorti, Patricia m’a suivi et s’est assise devant la porte d’entrée. »

Au retour de Guizo à la clinique, le témoin lui a annoncé la mauvaise nouvelle. « Je lui ai dit que Serge n’est plus là (il est décédé : ndlr). Guizo m’a répondu qu’il le savait et que c’est pour cela qu’il ne voulait pas prendre les médicaments quand il est entré dans la clinique. Il s’est énervé et m’a donné les médicaments pour les remettre à Patricia, avant de me demander de les accompagner à la maison. Mon grand frère était dans la clinique. Quand Patricia est restée seule, dehors, elle a pris la fuite, on ne l’a plus revue. »

La suite est connue. Patricia, la présumée meurtrière s’est rendue au commissariat du 26ème arrondissement, avant d’être transférée à la police criminelle, au Plateau.

 

Adolphe ANGOUA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte