Mort mystique de son neveu, ‘’envoûtement’’ de son frère ainée, pratiques occultes, Dr Albert Ngo revient à la charge, ce qu’il réclame à la belle famille de son frère


Les mis en cause, dame Niamké et sa famille, dont son frère Egnankou, pensent plutôt que c'est le plaignant qui est malade

Rocambolesque histoire où le mystique se dispute avec la conviction. Difficile pour le commun des mortel de connaitre quelque chose. Mais, les acteurs semblent se connaitre en initiés de la chose mystique. C'est de cela qu'il s'agit dans cette affaire qui oppose un Ivoirien, enseignant d'Université aux Etats-Unis, avec sa famille, en particulier la belle famille de son frère ainé. De part et d'autre, tout le monde se défend. Saga d'une affaire africaine, qui donne des tournis.

Que leur reproche-t-il ? L’élimination mystique de son frère feu Kouakou, envoutement de son frère aine et pratiques de sorcellerie sur lui-même et d'autres membres de sa famille. Que recherche-t-il ? L’éclatement de la vérité. Que réclame-t-il ? Des aveux. Ceux de sa belle-sœur et de la belle-famille de son frère ainé. Dr Albert N’go n’en démord pas sur cette affaire qui l’oppose depuis des années avec l’épouse de son frère. Cette affaire pour laquelle il continue, bec et ongle de se battre. Juste pour le triomphe de la vérité. Une vérité qu’il attend qu’elle sorte de la bouche de ceux qu’il soupçonne d’avoir tué mystiquement son neveu Kouakou Kouamé Gislain, d’envoûter son ainé K.N, et de s’adonner à des pratiques de sorcelleries contre sa personne.

Pour cela, l’homme, résidant aux Etats-Unis a introduit une plainte, depuis le 02 juillet 2018, au tribunal de première instance d’Abidjan Plateau où cette affaire suit son cours. En attendant, le plaignant, convaincu de son affaire, ne veut plus se taire et veut prendre l’opinion à témoin. D’où une déclaration dont il a transmis copie à linfodrome. Dans ce message, Albert Ngo n’y va pas du dos de la cuillère en termes d’accusations contre les membres de la famille Niamké qu’il a dans son viseur. « J’invite les quatre membres de la famille Niamké que sont dame Niamké Bénié Chantal, son frère Niamké Egnankou, que je surnomme le “’bucheron”, sa petite sœur Niamké Alloua et leur mère à venir se confesser pour mettre fin à cette histoire », appelle l’expert ivoirien en science, spécialiste dans la conception des médicaments et des produits pharmaceutique, vivant aux Etats-Unis.

Le cadet du nommé K.N, son frère ainé dont il prend soin de voiler l’identité, reste intraitable sur l’idée que la famille Niamké adore des esprits dits ‘’mami wata’’. Il se dit bien « conscient » que l’affaire revêt un caractère très « métaphysique » pour le commun des mortels. « Ce problème est très métaphysique, dénote du paranormal et que le juge d’instruction a besoin de preuve physique pour les arrêter, mais il y a plusieurs faits parmi tant d’autres qui démontrent un silence coupable de la famille de dame Niamké Chantal ». Ces faits, le plaignant les conte à souhait.

Le premier, il le situe en novembre 2010, où il souligne avoir jeté au visage de dame Niamké ses pratiques occultes. Instant depuis lequel celle-ci n’a plus osé demander des explications à sa famille. « En vérité, une personne qui signe un pacte maléfique, démoniaque ou avec les forces des ténèbres, ne peut pas soi-même exposer le pacte au risque de voir les forces maléfiques se retourner contre elle », instruit l’homme de Science.

Globalement, Albert Ngoh argue du silence observé par la mise en cause et sa famille pour déduire, sur la base de ses savoirs sur les pratiques dans le domaine du mystique, que celles-ci sont belle et bien coupable des faits à elles allégués. « Face à ce silence coupable de ma belle-sœur et sa famille, je demande a dame Niamké Bénié Chantal et aux autres accusés de venir se confesser pour le salut de leur âme. Qu’elle sache que je prie jour et nuit pour elle pour que Dieu sauve son âme qu’elle a vendu aux “esprits mami wata. »

Accusés, défendez-vous…

Joint pour en savoir où en est ce dossier, la famille Niamké dit tomber des nus. Notamment, Sahara Hermine, la nièce a Dame Niamké initiée selon Dr. Ngo. Comme Niamké Alloua, tous ces membres de la famille Niamké sont d’adorer des esprits des ténèbres et d’en savoir beaucoup sur le sujet. Mais, Sahara Hermine coupe court, choisissant de de ne pas aborder ce sujet. « Actuellement où je suis là, je n’ai que 18 ans, je suis étudiante, j’ai une composition dans 3 jours et je suis en train de bosser. Tout ce qu’il vous a raconté-là, je ne suis pas dedans. Donc, je vais vous raccrocher ». Chose qu’elle fait aussitôt, pour exprimer son ras-le-bol.

Quand à Dame Niamké Bénié Chantal, elle a une seule réaction. Elle a été reçue par le juge le 16 janvier qui lui a demandé de rentrer chez elle. Elle en a tourné la page et ne veut plus s’étaler sur le sujet. N’empêche, elle se résout finalement d’en dire deux mots. « C’est dans leur famille là-bas que les gens adorent les esprits. Tout le monde est fou là-bas. C’est leur travail d’adorer des esprits. S’il a des problèmes dans sa famille, il ne faudrait pas me fatiguer. Je ne parle plus de ça. L’ingratitude-là, je n’aime pas. A l’heure où je vous parle, il a ses frères avec moi ici. C’est chez moi il a commencé ici avant d’aller aux Etats-Unis. Il est ingrat. S’il ne veut pas reconnaitre tout ça, je le laisse à sa conscience. Qu’il ne me dérange pas. On va se poursuivre. Je suis fatigué. Il n’a pas de preuve. C’est un homme malade. S’il est malade, qu’il aille se faire soigner. Il a un problème mental. Ses frères et neveux sont encore chez moi. Il est ingrat», finit par lâcher l’épouse de K.N, pour qui la page devrait être définitivement tournée sur au sujet des accusations de son beau-frère.

L’époux de Dame Niamké, M. K.N, le frère ainé du maître-assistant dans une université de Los Angeles, lui, hausse le ton. « Ce n’est pas la peine de reparler de cette affaire. Nous, on n'a plus rien à dire là-dessus. L’affaire est partie en justice, le juge s’est prononcé là-dessus. Ce petit est ingrat. S’il persiste, je vais utiliser d'autres moyens pour le détruire, je vais le faire, et je vais le détruire… ». Des mots sur lesquels celui qui serait la victime de l’envoûtement de son épouse, a coupé, sèche, le téléphone.

F.D.BONY

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte