Cocody / Drame: Un gérant de société pleure son associé et meurt sur les lieux des funérailles


04/07/2019
Cocody / Drame: Un gérant de société pleure son associé et meurt sur les lieux des funérailles
Le pauvre est pris d'un soudain malaise.

Le destin fait des fois preuve d'une telle cruauté, que l'on en est carrément décontenancé. Et comment ne pas vraiment l'être, face au drame qui s'est produit ces jours-ci, à Cocody ? Mais c'est quoi cette histoire ?

Selon des informations données par nos sources, Antoine Sékongo, la quarantaine, et M. Kokora sont tous deux des amis ayant des compétences professionnelles avérées et pratiquement similaires. Ces convergences, ils conviennent de les fusionner sur une ambition commune. Au lieu donc de travailler pour les autres et attendre un salaire dans des conditions pas du tout évidentes des fois, les deux amis décident alors de monter leur propre entreprise. Ils unissent ainsi leurs apports financiers et mettent sur pied, une entreprise de Bâtiment et travaux publics (Btp). Et vraisemblablement, avec le temps, les choses semblent plutôt leur réussir dans leur société où ils sont co-gérants.

Mais hélas, alors que les affaires vont bien, le malheur va frapper de façon inattendue. De fait, informent toujours nos sources, victime d'un mal, Antoine Sékongo est évacué dans un centre hospitalier de la capitale économique du pays. Mais là-bas, en dépit des soins administrés, l'infortuné rend l'âme. Les siens sont totalement affligés.

Son associé, Kokora, est dans une détresse indescriptible. Il admet difficilement de perdre un ami, un associé aux qualités professionnelles et humaines nullement mises en doute. Il est également d'autant plus choqué, que son défunt partenaire n'a pu vraiment bénéficier, comme il se doit, des retombées financières de la structure qu'ils ont mise sur pied, à la sueur de leurs fronts.

Toutefois, ne pouvant pas le ramener à la vie, Kokora décide donc de s'impliquer pleinement dans les obsèques qu'il veut dignes, du défunt. Et dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 juin 2019, ces obsèques-là sont organisées dans le quartier d'Antoine Sékongo. Précisément sur un parking situé en face du service social, à Ancien-Cocody ou Cocody-Centre.

Les obsèques, cette nuit-là, battent leur plein. Et bien entendu, Kokora, complètement impliqué dans cet hommage au disparu, est encore présent. La distance séparant les lieux des funérailles à sa commune d’habitation qui est Yopougon, n'est rien à côté de la douleur morale qu'il ressent. Sur cette place bondée de monde composé de parents, d'amis et de connaissances du défunt, les choses se passent bien avant l'ultime séparation. Et c'est là, que le drame se produit plus tard.

En effet, poursuivent nos sources, aux alentours de 2h du matin, le service d'animation balance de la musique « Zouglou ». Ce genre musical est de l’époque du défunt et de son associé. Et c'est pourquoi, Kokora, qui n'entend pas que se trémousser dans son siège, se lève et vient esquisser quelques pas de danse.

Mais alors que son corps est en mouvement, le pauvre est pris d'un soudain malaise. Ne pouvant tenir sur ses jambes, l'infortuné qui suffoque, s’écroule là, en plein public. C'est la panique totale sur le lieu des obsèques. On arrête tout de suite la musique et tout le monde quasiment, s'affaire autour du partenaire très mal en point du défunt.

Que se passe-t-il ? Qu'arrive-t-il à Kokora ? L'on s'active pour lui venir en aide et au final, Kokora est évacué en direction d'une polyclinique de la commune de Cocody. Malheureusement, en ces lieux, c'est une mine de désolation qu'affichent les praticiens. Car, expliquent-ils, Kokora est déjà décédé.

Les proches n'en croient pas leurs yeux. Un homme qui trouve la mort en venant pleurer un autre. Tragique destin pour deux amis, deux associés, deux partenaires. C'est vraiment à y perdre son latin. Surtout avec les commentaires, les uns aussi renversants que les autres, qui suivent ce drame

KIKIE Ahou Nazaire

Kikié Nazaire

|

  • SOURCE: Soir info
Pétition LIBAN (2)

1 | 2

 

Videodrome