Abengourou : Le braquage vire au drame, un mort, un des bandits appréhendé


22/08/2019
Abengourou : Le braquage vire au drame, un mort, un des bandits appréhendé
Le corps du chauffeur tué, en train d’être enlevé par les services des pompes funèbres

Un mort. C’est le bilan d’un braquage qui a été enregistré le jeudi 22 août 019 en fin de matinée à Abengourou. Au terme de cette attaque sanglante, l’un des malfaiteurs a été appréhendé et un autre en fuite.

Sur les circonstances de cet acte criminel, nos sources indiquent que ce jeudi 22 août 2019, aux environs de 11h, L.T, le directeur d’un magasin de vente de produits phytosanitaires est à son bureau. Le magasin en question est situé au quartier ‘’Agnikro’’, non loin de l’antenne régionale de l’Institut nationale de formation des agents de la santé (Infas).

A cette heure de la journée, l’endroit ne grouille pas de monde. Pour autant, la secrétaire de l’entreprise voit entrer deux hommes dans le magasin. Les nouveaux-venus, après avoir pris quelques renseignements sur de prochains achats à effectuer, repartent. On comprendra plus tard qu’en réalité, cette visite est une stratégie de reconnaissance des lieux. De fait, quelques instants après, les deux prétendus clients reviennent dans le magasin. Cette fois, ils se montrent menaçants. En témoigne l’arme à feu qu’ils brandissent à la face de la secrétaire. Cette dernière, tétanisée par la peur, est ligotée comme une saucisse.

Les malfaiteurs font ensuite irruption dans le bureau du patron des lieux qui, jusque-là, n’a eu aucun soupçon de ce qui se trame dans son entreprise. Il est maitrisé. Les deux bandits vident alors la caisse et quittent les lieux. Les moments qui suivent, l’alerte est donnée dans le quartier. Les bandits qui n’ont pas eu le temps de quitter définitivement les environs, sont pris en chasse par des témoins. Désemparés, les braqueurs qui n’avaient pas prévu un tel scénario, sont obligés de recourir à leurs qualités athlétiques. Dans cette chasse à l’homme, ils se retrouvent au quartier ‘’Dioulakro’’. L’un des lascars, la langue pendante et totalement essoufflé, est rattrapé par leurs nombreux poursuivants.

Commence alors pour lui une bastonnade qui lui fait réaliser les difficultés de ce sinistre métier qu’il a embrassé. Le second bandit quant à lui, réussit à s’engouffrer et à se terrer dans un W.C. traditionnel. Choisissant ainsi d’humer pendant de longs moments, l’odeur pestilentielle qui prévaut en ces lieux. Très vite, les jeunes du quartier qui ont bouclé le secteur, suspectent la présence du bandit dans les toilettes en question. Traoré Brahiman, un chauffeur de profession, la trentaine révolue, tente alors d’ouvrir la porte du WC. C’est alors que le malfrat ouvre subitement ladite porte et tire à bout portant sur le jeune homme. Qui est tué sur le coup dans une mare de sang. Profitant de la confusion, le braqueur s’éjecte des lieux et réussit à enfourcher une moto avec laquelle il prend la poudre d’escampette.

Un peu plus tard, les hommes du commissaire Kouadio Antoine, nouvellement affecté au 2ème arrondissement d’Abengourou, arrivent sur les lieux. Ils mettent aux arrêts le bandit appréhendé et ouvrent une enquête pour coincer le second. Encore en cavale.

Zéphirin NANGO

(Correspondant régional)

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte