Attécoubé : banditisme Une société de construction immobilière cambriolée ; du matériel de travail emporté


13/01/2020
Attécoubé : banditisme Une société de construction immobilière cambriolée ; du matériel de travail emporté
A la recherche d'argent, ils mettent quasiment à sac ce local.

Située à Locodjro, dans la commune d'Attécoubé, la société de construction immobilière dénommée « Addoha », a fait l'amère expérience de l'activisme obscur de ces hors-la-loi qui font des siennes à Abidjan.C'est dans la nuit du jeudi 26 au vendredi 27 décembre 2019, que ces indésirables ont laissé leur « signature » dans les locaux de ladite entreprise ; dérangeant ainsi la quiétude de cette société faisant tranquillement valoir son expertise.

En effet, selon les informations données par nos sources, c'est aux alentours de 3h du matin, que les gangsters dont le nombre n'est pas déterminé, pénètrent dans les locaux de l'entreprise, en escaladant la clôture. Et très aisément, à l'aide de leurs kalachnikovs, ils maîtrisent les deux vigiles de service, avant de les ligoter comme des saucissons.

Et, désormais seuls maîtres à bord, ils font recours au pied-de-biche en leur possession, pour défoncer des portes et gagner ainsi le bureau du Directeur général de l'entreprise. A la recherche d'argent, ils mettent quasiment à sac ce local.

Mais apprend-on, ils ne dégoteront point, un seul « pikini » ; le patron des lieux, ne commettant pas l'imprudence de garder du pognon dans son bureau. Un vrai revers pour nos singuliers travailleurs de la nuit. Eux qui croyaient, pourtant, tomber sur un océan de sous dans lequel ils allaient se « baigner ».

Mais pour autant, ce n'est pas acceptable pour eux, de se tirer de là, les mains vides. Tous leurs efforts, ils ne les feront tout de même pas pour rien. A cet effet donc, ils jettent, cette fois, leur dévolu sur du matériel de travail. Ainsi, ces sinistres individus s'approprient des ordinateurs-portables et des disques durs volés sur place.

Sur leur lancée, ils débranchent un téléviseur à écran plasma, qu'ils rajoutent à leur butin. Mais en définitive, cet appareil, sans doute suffisamment trop encombrant dans leur fuite, ils l'abandonnent sur les lieux, en le balançant au sol, pour le rendre sans doute non opérationnel. Quelle méchanceté !

Saisie le matin, la police se rend sur les lieux de la forfaiture, procède au constat d’usage, évalue le préjudice, sous la conduite du premier responsable de la société, et ouvre une enquête.

 

KIKIE Ahou Nazaire    

Kikié Nazaire

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2