EDITOS L'INFODROMEPanser en pensant…

Panser en pensant…


par Eugène Rayess | Publié le 10/4/2012 à 23:15 | source : Linfodrome

Il y a un an, la Côte d’Ivoire sortait meurtrie à jamais d’un des épisodes les plus sombres de son histoire. Aurait-on pu éviter cela ? Personne ne pourrait y répondre. Il aurait fallu de tous les côtés mettre de l’eau dans son vin, mais lorsqu’on a est convaincu d’avoir raison, cette certitude mène souvent à la déraison…

Mais est-ce aujourd’hui le lieu de raviver ces blessures qui divisent encore le peuple ivoirien ? Faut-il encore se demander qui avait raison et qui avait tord ? À coup sûr, personne ne reconnaîtra ses erreurs tant on est allé loin dans la surenchère, dans la fierté et dans un patriotisme zélé qui a détruit plus que grandi notre cher pays.

Aujourd’hui, comme au lendemain de ces jours d’horreurs que nous avons tous vécus terrés en priant pour que ce cauchemar s’arrête, la même phrase retentit : « plus jamais ça ! ».

Mais franchement nous donnons-nous les moyens pour ne plus revivre cet épisode malheureux ? Rien n’est moins sûr, et ça et là les rancœurs restent encore tenaces.

Pour nous aider, repensons au flamboyant passé de ce pays qui faisait la fierté de l’Afrique de l’Ouest.

De ce temps révolu et que nous espérons tous revivre, une pensée d’un vieux sage remonte à la surface : « Le vrai bonheur, on ne l’apprécie que lorsqu’on l’a perdu… »

Oui, nous pouvons revivre cela, il suffit juste de mettre ce fichu orgueil de côté, et penser à construire un avenir à nos enfants en pansant ensemble nos blessures…