ÉCONOMIEEconomieProduction d’Électricité en Côte d'Ivoire: Quelque chose se passe à Vridi


Production d’Électricité en Côte d'Ivoire: Quelque chose se passe à Vridi


par Hermance K.N | Publié le 18/12/2012 à 21:25 | source : Soir info
Production d’Électricité en Côte d'Ivoire: Quelque chose se passe à Vridi
Que ce soit au niveau de la sécurité, des travaux, du personnel, du constructeur et de la Direction générale de la Ciprel, la détermination existe pour achever la Tag Photos : H.K – N

D'ici à 2013 sinon 2014, la Côte d'Ivoire sera un pays qui répondra aisément aux besoins en électricité de sa population. La preuve nous a été donnée le mercredi 12 décembre 2012 à Vridi dans la commune de Port-Bouët où la Compagnie ivoirienne de Production d’Électricité (Ciprel) a son quartier général.

En début de matinée du mercredi 12 décembre 2012, à Vridi, lorsque nous arrivons dans l'enceinte des bureaux de la Compagnie ivoirienne de Production d’Électricité (Ciprel), nous sommes loin de nous imaginer que cette entreprise d’électricité a débuté un immense chantier. Suite à un entretien avec le patron des lieux, Bernard Kouassi N'Guessan (directeur général de la Ciprel), nous avons droit à faire le tour de la maison. C'est simplement stupéfiant. Derrière les bureaux et les turbines déjà installées s'élève une nouvelle turbine.

Un peu avant 8 heures, de nombreux agents habillés pour la circonstance et selon les exigences sécuritaires du milieu sont regroupés sur un espace vide à suivre des instructions. Qu'est ce qui se passe ici ? « Nous avons débuté dans la discrétion, sans pose de première pierre, la construction de la nouvelle turbine à gaz. Ici, comme à leur habitude, les agents permanents et les journaliers écoutent les instructions sécuritaires avant que le travail ne commence », nous confie le manager de la Ciprel.

Avec lui comme guide, nous apprenons que le groupe Cegelec est le constructeur principal d'une nouvelle une turbine à gaz (Tag) additionnelle de 111 MW en 2013 et en 2014, une turbine à vapeur (Tav) avec une tranche supplémentaire de 111 MW. Effectivement, des responsables de Cegelec (entreprise spécialisée en énergie, électricité, automatisation, instrumentation et contrôle, technologies d’information et de communication, génie climatique, mécanique, maintenance et services) dont Galoppe Alain assistent M. N'Guessan au cours de la visite du chantier.

Nous constatons que le soubassement de la turbine à gaz est déjà construit. « Vingt (20) tubes en béton visibles dans le soubassement doivent soutenir l’équipement principal », explique M. Galoppe qui indique que l'installation est lourde et devrait peser un plus de 600 tonnes. Selon M. N'Guessan et les responsables de Cegelec, chaque tube fait en béton a une profondeur dans le sol de trois (3) mètres au moins. «Pour chaque tube, il est prévu une hauteur après le sol de 5 mètres avant d'installer la turbine », souligne le patron de la Ciprel. Qui soutient que la turbine qui doit être installée est la réplique la dernière turbine construite par la Ciprel, à savoir le projet Ciprel III qui a vu une installation de 110 mégawatts.

Le Dg de la Ciprel profite du parallèle qui est fait pour nous expliquer que pour faire les travaux de la nouvelle Tag, l’État ivoirien a dû mettre 4,5 hectares de terre à la disposition de la Ciprel.Pour l'importance du projet, l'entreprise qui était sur les lieux a dû déplacer « pour cause d’utilité publique ». Nous constatons sur le terrain que parallèlement à la turbine qui pointe le nez, un autre chantier est visible. Celui, avons-nous appris, d'un transformateur. Selon le directeur général de la Ciprel, les commandes déjà faites des équipements devant achever les travaux de la nouvelles turbine sont attendues en février 2013.

 

Hermance K-N

 

Encadré

 

L'Avenant 6 de Ciprel

 

C'est le 20 décembre 2011 que la Compagnie ivoirienne de Production d’Électricité et l’État de Côte d'Ivoire ont signé l'Avenant n°6 à la convention Ciprel. D'un coût global de 177 milliards de francs Cfa, cet Avenant 6 du projet Cirpel, projet de production à cycle combiné doit permettre d'augmenter la capacité de production actuelle de la Côte d'Ivoire de 222 MW supplémentaires, au bout de 33 mois. Pour ce faire, il est prévu la mise à disposition du réseau électrique ivoirien en 2013 d'une turbine à gaz (Tag) additionnelle de 111 MW et en 2014, une turbine à vapeur (Tav) avec une tranche supplémentaire de 111 MW. Il faut noter qu'il s’agit de la première phase du programme d’extension de la capacité de production électrique de la Côte d'Ivoire, qui intègre la centrale thermique d’Azito III (150 MW) et le barrage de Soubré (300 MW).

 

H.K-N