REVUE DE PRESSE NATIONALELa Cpi augmente les soucis de Gbagbo et de Blé
Crise postélectorale et justice

La Cpi augmente les soucis de Gbagbo et de Blé


par César DJEDJE MEL | Publié le 29/1/2013 à 9:35 | source : Linfodrome

Bonjour chers amis de linfofrome.com. Ce mardi 29 janvier 2013, retrouvez dans notre revue de presse les derniers développements des affaires Laurent Gbagbo, Blé Goudé et du dialogue direct. Bonne lecture et bonne journée !

Procès Laurent Gbagbo à la CPI

Le 19 février 2013, l’affaire Laurent Gbagbo reprendra son cours à la Cour Pénale Internationale (CPI). Soir Info avance que Fatou Bensouda a développé une stratégie pour « coincer Gbagbo ». En effet, elle a rédigé un document de 58 pages dans lequel elle détaille les accusations portées contre Laurent Gbagbo. Selon elle, l’ex-président ivoirien a organisé, planifié et fait exécuter des attaques contre des personnes supposées être des partisans de Ouattara. C’est pourquoi Le Patriote titre « qu’à trois semaines de l’audience de confirmation de charges, la CPI enfonce Gbagbo. Il n’est plus co-auteur indirect mais responsable direct ». En effet, il explique que jusqu’ici, l’ex-chef d’Etat était poursuivi pour crimes contre l’humanité en qualité de co-auteur indirect des meurtres et autres commis sous ses ordres, par ses partisans. Désormais, la procureure le poursuit pour sa responsabilité directe dans la mise à exécution des crimes. Une façon pour elle d’augmenter ses chances d’obtenir la mise en accusation de Laurent Gbagbo. Publiant quelques pans du document de Bensouda, Le Temps titre : « les gros mensonges de la CPI ». Car selon lui, le bureau de la procureure n’a fait que copier et coller des articles de presse des journaux RHDP. « Un autre remake des fallacieuses preuves de son prédécesseur Ocampo », dit-il qui fait douter que des enquêteurs de la CPI soient venus en Côte d’Ivoire interroger des Ivoiriens.  L’Intelligent d’Abidjan indique  pour sa part que dans sa notification de charges, Fatou Bensouda a aussi chargé le Gal Philippe Mangou, en ces termes. « Lors de le crise post-électorale, sur ordre de Gbagbo, les opérations des FANCI ont été coordonnées par le chef d’Etat major des forces armées, le général Phhilippe Mangou auquel Dogbo Blé a succédé après le 31 mars 2011… Mangou a fait déployer des troupes lourdement armées autour du bâtiment de la RTI et dans d’autres secteurs d’Abidjan afin de disperser les manifestants. Du coup, les forces pro-Gbagbo ont attaqué ces derniers sans retenue ».

Dialogue Pouvoir-FPI

Les discussions entre le pouvoir et le Font Populaire Ivoirien (FPI) continuent. Hier à la sortie des travaux de la commission Etat de droit et fonctionnement des Institutions, l’émissaire du FPI, Séri Gouagnon, a déclaré : « Nous ne sommes plus au stade des revendications. Nous sommes en train de discuter avec le gouvernement pour trouver des solutions constructives », a rapporté Le Nouveau Réveil. Qui a écrit par ailleurs, que Miaka Ouretto, le président par intérim du FPI a indiqué que « si le gouvernement veut aller vraiment à la réconciliation, que nos camarades détenus soient libérés et que tous ces exilés rentrent dans leur pays. Voici les deux points de négociation que nous jugeons importants pour nous ». Aux détenus de la MACA, particulièrement Akoun Laurent et Douati Alphonse, respectivement Secrétaire général et secrétaire général adjoint du FPI, la direction du parti a rendu visite pour leur rendre compte de ses activités durant ces derniers mois, nous dit Notre Voie. Dans ce dialogue, si le président sénégalais a mis fin à sa médiation, L’Intelligent d’Abidjan révèle que c’est parce que Macky Sall est « très en colère contre le FPI », qui l’aurait ignoré en ne lui rendant pas compte du déroulement des discussions et en refusant de faire des concessions par rapport au pouvoir ».

Blé Goudé

Notre Voie annonce que c’est demain mercredi 30 janvier que Blé Goudé sera à nouveau auditionné. Cette audition sur le fond portera sur des faits « de génocide, tentatives d’élimination d’un groupe ethnique et d’un groupe religieux, viols, assassinats, destructions de biens d’autrui, etc » dont il est accusé.  Blé est également cité par la procureure Bensouda de la CPI, nous dit Nord-Sud Quotidien. En effet, dans le document de Bensouda contre Gbagbo, on lit que « Blé Goudé a incité les jeunes à plusieurs reprises à recourir à la violence contre les opposants politiques de Gbagbo… C’est le même Blé Goudé qui donnait l’ordre aux leaders de la galaxie patriotique Serge Kassy, Richard Dacoury ou Jean Yves Dibopieu « de faire les barrages dans les rues » de contrôler des étrangers ». Quant à Doumbia Major, ancien secrétaire à l’organisation de la FESCI, L’Expression informe qu’il a envoyé un message sur Facebook où il a demandé aux parents des étudiants qui ont été victimes de Blé Goudé, de pardonner et de ne pas s’adonner à la vengeance. Citant des violences que lui et des amis ont subies quand d’autres ont été tués, il dit : « J’ai pardonné à Charles Blé Goudé et je demande à tous mes proches et amis, dont je connais le désir ardent de vengeance, de pardonner. Laissons chacun avec sa conscience, car la plus grande des prisons… c’est notre conscience ! »