En mission, une journaliste canadienne a jeté son dévolu sur moi

j'ai vécu une histoire extraordinaire au Canada
(Photo d'archives)
Anciennement journaliste, Hermann a rencontré alors qu'il était en mission au Canada, une belle Canadienne avec qui il a eu une histoire amoureuse qui s'est terminée par le mariage.

Je suis Hermann, ancien journaliste vivant au Canada depuis 5 ans. De passage en Côte d'Ivoire, j'ai eu l'occasion de lire votre journal avec les belles histoires amoureuses que vous racontez. Ce qui m'a incité à vous raconter la mienne vecue avec une belle Canadienne avec qui je suis marié depuis 3 ans. Mon épouse se prenomme Vanessa. Je l'ai rencontrée lorsque j'ai posé pour la première fois mes valises dans le pays de Michaëlle Jean, la gouverneure Générale de la République du Canada.

Ma mission au Canada, précisément à Toronto, consistait à travailler sur ''la démographie'', ''l'immigration'' et ''la croissance économique'' comparativement aux pays d'Europe. Nous étions une dizaine de journalistes venant de plusieurs pays d'Afrique. Nous devions y passer environ 10 jours. Lors d'une visite dans des organes de presse avec des collègues, j'ai fait la rencontre de Vanessa, une journaliste-reporter avec qui j'ai devisé. Mais notre rencontre s'est faite de façon exceptionnelle. En effet, je me démarquais du groupe avec un style purement africain à cause de mon habillement. J'avais porté ce jour-là une tenue traditionnelle (sénoufo) et j'avais un sac en bandoulière.

Quand nous sommes arrivés dans la rédaction où travaillait Vanessa, c'est elle qui nous a reçus, avant de nous conduire chez le Directeur de Publication. Le chef de la délégation était un Canadien, détaché par le Ministère de la Communication de son pays. C'est lui qui nous présentait à nos confrères canadiens. Lorsqu'il m'a présenté, Vanessa a déclaré: ''J'apprécie exceptionnellement ton teint...''. Après avoir échangé avec le DP, nous sommes partis. Mais avant que nous ne prenions congé de la rédaction, Vanessa a voulu faire des photos avec moi. Ce que je n'ai pas refusé. Après la séance photos, nous avons échangé nos contacts.

Trois jours plus tard, je l'ai jointe et nous nous sommes rencontrés dans un resto chic situé en plein centre ville. Elle était très élégante. Son teint était parfait bien que, selon des études, 74% des femmes au Canada ont un teint irrégulier. Vanessa est une femme très belle, lumineuse et agréable à regarder. Elle m'a beaucoup appris, ce jour-là, sur la culture canadienne. Après le déjeuner, Vanessa a profité pour connaître l'hôtel où j'étais logé. A notre arrivée, elle s'est installée dans le mini-salon et je lui ai offert un café avant de me diriger dans ma chambre. Nous sommes restés une dizaine de minutes et sommes partis chez elle.

Vanessa habitait seule dans un vaste appartement. En fait, un héritage que lui ont laissé ses défunts parents. Lorsque nous avons abordé le sujet, elle fut envahie de mélancolie et ne put s'empêcher de couler des larmes. Face à la situation, le moins que je pouvais faire était de la consoler. Le 7è jour, après le travail, je me suis rendu chez elle. Lorsque j'ai sonné, elle a ouvert précipitamment le portail. A sa grande surprise, je lui ai offert un pot de fleurs. Joyeuse, elle m'a donné un baiser. Ses joues étaient molles et son parfum avait une odeur agréable. En si peu de temps, l'ambiance régnait entre nous comme si nous nous connaissions depuis plusieurs années.

Vanesssa m'a offert un dîner digne d'un invité spécial. Pendant que nous dînions, elle s'informait sur ma vie. J'ai répondu à ses questions. Elle me regardait et m'écoutait avec beaucoup d'attention. Dès ce instant, j'ai compris que Vanessa voulait quelque chose. Peut-être, était-ce une façon pour elle de savoir si j'étais un homme libre. Après m'avoir posé une question pertinente, j'ai relevé la tête pour la regarder. Et là, une drôle de sensation m'a envahi. C'était la plus belle femme que je n'avais jamais croisée, j'étais comme hypnotisé, il mettait impossible de décrocher mon regard d'elle, c'était quelqu'un de magnifique...A un certain moment de nos échanges, Vanessa m'a regardé et m'a fait la bise.

A cet instant, des frissons m'ont envahi, et je n'arrivais plus à garder mon calme. En fait, c'était la minute la plus intense de ma vie, et j'étais submergé par divers sentiments: la honte, l'admiration, la timidité...Le coup de foudre avait pris une autre tournure. Et quand elle voulait retirer sa bouche, j'ai insisté et tout est parti...Nous avons donc interrompu le dîner en nous amourachant jusqu'à ce que nous nous retrouvions dans sa chambre. Nous nous sommes énormément amusés ce jour-là et elle a apprécié ma façon de lui faire l'amour. Depuis ce temps, nous ne nous sommes plus quittés jusqu'à notre mariage un 25 novembre.

Par Clément Kouassi

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Clément Kouassi

|

  • SOURCE: Star Magazine
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte