Par amour pour mon chéri: J'ai caché l'existence de mon enfant à ma belle-famille


(Photo d'archives pour illustrer l'article)
Il y a longtemps que je souhaitais témoigner de l'histoire d'amour qui a marqué ma vie.

Il y a quatre ans, j'ai rencontré un jeune homme de 25 ans. Moi, à l'époque j'avais 5 ans de plus, un enfant à charge et pas de situation professionnelle stable : je survivais de petits boulots de temps en temps, pas de formation, une situation très difficile. Lui vivait une jeunesse dorée, dépensant sans compter l'argent que ses parents lui distribuaient généreusement. Contre toute attente, ce fut le grand amour. Tout allait pour le mieux tant qu'il était loin de sa famille. Nous vivions notre histoire au jour le jour. Au fil du temps, nous avons commencé à faire des projets communs. Pourtant très tôt, dès notre rencontre et le début de notre histoire, un problème est apparu comme insurmontable : avoir une relation avec une fille qui avait un enfant était de l'ordre du tabou et donc interdit.

Le jour où il m'a emmenée chez ses parents, j'ai dû cacher à sa famille que j'avais un enfant et me rajeunir de 2 ans. Malgré tout, notre amour et notre complicité existaient bel et bien, nous avions tout pour faire un couple solide. Nous avons même envisagé de nous marier. Entre-temps, il y a eu de nombreux événements : son arrivée sur le marché du travail, la pression familiale, son accident de la route (quelques mois dans un centre de rééducation), ma reprise des études… Et surtout, son père m'a littéralement "jetée", le lendemain du retour de mon ami du centre de rééducation, en me menaçant et me disant "qu'il ne voulait pas de ça chez lui ".

Comme il continuait à me voir en secret, son père lui a dit de quitter la maison, ce qu'il n'a pas eu le courage de faire. Pourtant, l'amour n'était pas en cause. Il était face à un choix qu'il n'a pas été capable de faire. Il continuait à me téléphoner malheureux, en pleurs ou ivre parfois. Piégé volontaire, il s'était fait acheter par son père qui lui a offert la maison et une voiture haut de gamme. Il lui a même trouvé une nouvelle petite amie "bien sous tous rapports". De mon côté, je me débattais dans mon quotidien : les études, mon fils, la dépression. Je n'ai pas eu de nouvelles pendant plusieurs mois.

Depuis, j'ai trouvé un emploi stable dans lequel je m'épanouis. Mais voilà qu'il y a quelques jours, autour de Noël, il me recontacte. Je ne donne pas suite : j'ai assez souffert, même si mes sentiments sont toujours les mêmes. Il profite pour me téléphoner et me laisser entendre qu'il m'aime toujours. Je l'ai revu tout en essayant de me protéger. Je pense qu'il s'est résigné à cette histoire qui lui demanderait d'assumer ses choix, et sans doute une rupture avec sa famille. Il voudrait qu'on soit amis, c'est la seule chose qu'il s'autorise. Il voudrait sans doute que je sois sa confidente comme avant.

Moi, je ne peux pas entendre ses histoires de fesses parce qu'il n'est pas vraiment amoureux et a une autre amie sur son lieu de travail à l'étranger. J'ai résumé autant que possible parce qu'il y a eu beaucoup d'évènements dans sa vie comme dans la mienne. Tout ceci soulève des questions profondes sur notre histoire personnelle, mais aussi d'autres plus pragmatiques : comment continuer à vivre et me rendre disponible pour une nouvelle rencontre ? Son attitude ambiguë me rend la tâche plus difficile. Nous savons très bien tous les deux que ce sera le grand regret de notre vie et nul besoin de le dire. Comme avant, un silence ou quelques mots suffisent à nous comprendre. Quel gâchis !

Par Solange A.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Solange Aralamon

|

  • SOURCE: Star Magazine
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte