J'ai été l’épouse de mon père pendant 10 ans


(Photo d'archives pour illustrer l'article)
J’ai été mariée pendant 10 années avec mon père sans le vouloir, malgré moi.

Nous vivions, mes petites frères, mes sœurs et moi avec lui, après le décès de notre mère. Mon père nous montrait beaucoup d'amour. Surtout pour moi qui étais l'aînée et qui devais prendre soins des plus petites. J’avais à peine les seins quand il a commencé les attouchements. Il me caressait les seins et aussi les cuisses. Il n’avait pas commencé tout de suite à passer à l'acte.

Quand on allait se coucher, dans la nuit, il enlevait mon slip et me faisait des attouchements, doucement, sans qu’aucun de mes petits frères et sœurs ne s’en rende compte. Et c’est quand j’ai eu 14 ans qu’il est passé à l’acte et m’a pénétré pour la première fois. Cela s’est passé dans la même chambre, là où on dormait tous. Dès cet âge, il le faisait très régulièrement. C’est là qu’il s’est vraiment déchaîné sur moi. Il ne m’a pas permis de poursuivre la formation que j’avais commencée. Pendant que mes autres frères allaient à l’école, moi je restais à la maison. J’étais devenue sa femme et cela a duré 10 ans.

Dans un premier temps, il me violait la nuit. Mais, avec le temps, il le faisait même en journée parce qu’il ne travaillait pas. Il le faisait quand cela lui plaisait, sans demander mon consentement. Lorsque je lui demandais pourquoi il faisait cela, il me disait que c’est trop d’amour qu’il éprouve pour moi; qu’il n’a pas aimé ma mère comme il m’aime et que je ne dois dire à personne ce qui se passe entre lui et moi. Nous n’avions jamais eu de rapports sexuels protégés. Il le faisait toujours sans se protéger. Je suis tombé enceinte une fois. J’avais 19 ans. Et c’est à partir de ce moment qu’il a institué la pilule du lendemain qu’il me donnait après chaque rapport sexuel. Il a aussi commencé à contrôler mon cycle menstruel.

Mon père m’a emmené, voir une sage-femme dans son village pour me faire avorter. Cet incident n’a eu aucun impact sur notre relation, au contraire puisque nous avons déménagé pour aller prendre une maison plus grande de deux chambres à coucher. Et là, je dormais avec lui dans la même chambre comme son épouse. Toutes mes affaires étaient dans sa chambre. Et il abusait de moi quand il voulait. Il l’a fait avec moi jusqu'à ce que je trouve un travail chez une dame pour quitter la maison.

Il s'en prenait à mes petits-amis

Je n’ai jamais eu de petit ami. Mon père a toujours chassé les hommes qui venaient me voir en les menaçant de mort. Quand il est au courant que j’ai un petit-ami, il me suit discrètement et quand nous sommes ensemble, qu’importe l’endroit, il s’en prend violemment à lui, même quand nous sommes en train de prendre un pot. Il saisit une bouteille et le frappe à la tête.

Nous n’avions aucun contact avec les voisins. On n’avait pas le droit de converser avec eux. On pouvait au plus leur dire bonjour ou bonsoir. Et quand les voisins commençaient à soupçonner quelque chose, on déménageait automatiquement. J’ai fui de la maison pendant des jours sans qu’il sache où j’étais. C’est ainsi qu’il s’était rendu à mon lieu de service et avait expliqué à ma patronne que j’avais disparu depuis trois jours et qu’il sollicitait son aide pour me retrouver. Il s’était donc oublié et avait donné des informations sur la pilule du lendemain qu’il me faisait prendre, sur mes menstruations, il a donné des précisions sur mon cycle, mes slips. Et c’est là que la dame a trouvé cela très curieux.

Comme je n’avais pas de téléphone, ma patronne a appelé ma copine et lui dit de me dire qu’elle désirait me voir. Quand je suis arrivé chez ma patronne, elle m'a dit que mon père a dit des choses me concernant qu’elle ne trouve pas normales et elle m'a demandé de l’aider à m’aider. Cela n’a pas été facile pour moi; mais j’ai réussi à me confier à elle. Elle a voulu que je porte plainte contre lui, mais j'ai refusé car, après tout, c'est mon père. Je souhaite juste avoir une vie normale, m’épanouir comme toutes les filles de mon âge. Aidez-moi à oublier cet épisode douloureux de va vie. J'ai besoin de vos conseils.

Caroline

NB : Pour aider Caroline, vous pouvez envoyer vos contributions par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Solange Aralamon

|

  • SOURCE: Star Magazine
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte