Showbiz: Des révélations troublantes sur la mort d'un artiste ivoirien en France, les circonstances du drame

. De forts soupçons sur son épouse
. La vérité connue ce matin
Léopold Gnahoré (en costume) avec son épouse Cécile lors de leur mariage

Le showbiz ivoirien en France est encore en deuil. Le chorégraphe danseur, Léopold Gnahoré, très connu dans le milieu, a trouvé la mort en ce début d'année 2018 dans des circonstances mystérieuses que tient à voir élucider, l'ensemble de la communauté ivoirienne en France avec à sa tête l'ambassadeur, Charles Gomis. 

Les faits relatifs à cette perte se sont déroulés à Alençon, une ville du nord-ouest de la France, dans le département de l'Orne en région Basse-Normandie.

Selon les informations en notre possession, Léopold qui était retourné s'y installer avec son épouse Cécile Pollet, est récemment rentré d'Abidjan, suite au décès de son beau-père. C'est donc durant ce séjour de compassion à sa belle-mère que revenant d'une balade, il a trouvé sa femme Cécile, avec laquelle il est légalement marié depuis 2007, dans le lit conjugal avec un jeune-homme. Emballé de colère, il a passé à tabac ce dernier, le blessant même à l'oreille avant de le jeter hors de sa maison.

C'est dans cet atmosphère que, parti à la machine (faire une lessive) chez sa belle-mère le mercredi 31 janvier 2018, il n'est plus jamais rentré à la maison. Le vendredi 2 février, soit deux jours après, l'épouse joint téléphoniquement un ami du défunt à Abidjan pour l'informer de ce que Léopold se serrait suicidé et qu'elle souhaiterait faire le rapatriement de son corps. Selon un collègue du défunt, l'épouse évoquant cette mort dit qu'après avoir constaté la longue absence de son mari, elle est allée en informer un gendarme qui serait son ex-amant. C'est ce dernier qui, dans ses recherches, aurait retrouvé le corps sans vie de Léopold, pendu à un arbre derrière la maison de la belle-mère.

Face au refus de son interlocuteur d'Abidjan de recevoir le corps, dame Cécile a donc pris la décision de procéder à son niveau, à l'inhumation de son ex-époux, le jeudi 8 février 2018.

L'information du décès, partie d'Abidjan, et constatée sur place par des collègues et amis du défunt qui s'inquiétaient de son long silence, a vite fait le tour de la France grâce aux réseaux sociaux.

Plusieurs ouvertures semblables à des coups de couteau (constatées sur le corps notamment au cou et au ventre du défunt) ont intrigué les amis de Léopold partis voir sa dépouille déjà habillée à la morgue.

Ces derniers ont alerté toute la grande famille du monde musical ivoirien. L'artiste musicien Dekiss du groupe Sur-Choc, président du Modaire (mouvement des artistes ivoiriens résidant en Europe), ainsi que biens d'autres amis du défunt ont aussitôt appelé à une mobilisation de tous les Ivoiriens pour exiger la lumière sur les circonstances de sa mort. Une mission des artistes en informe les services de l'ambassade qui s'en saisit. Mieux, un avocat est pris et plusieurs actions sont engagés depuis le mardi 6 février 2018. Une marche des artistes est même envisagée à Alençon.

Au bout du compte, l'inhumation prévue jeudi est reportée à une date ultérieure, et une autopsie du corps du défunt est programmée pour ce vendredi 9 février 2018. « Je peux vous le confirmer, l'avocat que nous avons saisi vient de nous informer du report de l'enterrement, et l'autopsie aura effectivement lieu vendredi à 9h (11h Gmt). Nous pourrions même exigé une contre-autopsie si nous en avons les moyens », a confirmé St Dekiss qui en profite pour appeler à la solidarité de tous les Ivoiriens. 

« Vu le traitement qui était donné à cette affaire, nous avons du prendre un avocat a qui nous avons avancé 400 euros pour faire valoir la loi », a-t-il fait savoir, précisant qu'il reste à payer 1000 euros ( environs 656.000 F.CFA) à cet avocat. « J'appelle tous les Ivoiriens à se mobilisation pour aider, selon leurs possibilités, à payer les honoraires de cet avocat afin qu'il puisse nous accompagner jusqu'au terme de cette affaire », a lancé le président du Modaire.

Le décès du danseur Léopold Gnahoré est le 3ème qui frappe la famille du showbiz ivoirien en France en mois de 45 jours. Le 13 janvier 2018, alors qu'il était en plein tournage du clip de sa production musicale à Paris, le jeune artiste franco-ivoirien, âgé de 15 ans, Ismaël Junior Diabley dit ''Hismo Le Boss'', a été poignardé à mort par des jeunes d'un quartier voisin. Le 22 janvier, c'est la maman du Ziguéhi, Tinay Bam's qui, à la grande surprise de tous, trouve la mort alors qu'on la croyait remise d'un AVC qui l'avait secoué plusieurs mois auparavant. Un hommage artistique lui sera d'ailleurs rendu le dimanche 11 février prochain au Maquis Café-Cacao sis à Aubervilliers.

 

Blaise BONSIE, Correspondant en France

Blaise Bonsie

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte