Après la France, le Kenya et la Côte d'Ivoire : Koffi Olomidé interdit sur le territoire Zambien


Ph DR

Après ses démêlés judiciares en France où il ne peut plus s'y rendre, le Kenya où il a administré des coups de pied à sa danseuse à l'aéroport de Nairobi et en Côte d'Ivoire où il a arrêté son concert accusant le promoteur d'Abidjan By Night Festival de le filmer sans contrepartie financière, Koffi Olomidé vient de se voir interdit d'entrée sur le territoire Zambien. Le chanteur congolais n’est plus le bienvenu dans ce pays où il devait animer deux concerts dans ce mois de juillet.

Les autorités zambiennes ont donné les raisons de la fermeture des portes du pays à ce célèbre artiste de la rumba congolaise. Elles ont énoncé, selon la BBC, l’agression d’un photojournaliste par la star de la rumba lors d’une précédente tournée au pays d’Edgar Lungu, président de la République.

À lire cet article : Koffi Olomidé poursuivi pour agressions sexuelles

Elles ont également mis en exergue les agressions sexuelles du chanteur sur ses danseuses et de les avoir séquestrées avant de les faire travailler sans permis en France.

Lire aussi : Koffi Olomidé donne les vraies raisons de sa colère contre sa danseuse : « Elles avaient piqué des choses dans l’avion Kenya Airways, notamment des couvertures, des coussins »

Avant qu’il ne se voit interdire l’entrée sur le sol zambien, à en croire la BBC, Koffi Olomidé se serait excusé dans une vidéo auprès du peuple zambien. Justifiant que la Zambie était un peu comme sa deuxième nation. Malgré ses excuses diffusées par la radio de la Zambie, les autorités du pays ne veulent rien savoir de lui. Elles menacent de l’arrêter s’il foulait le sol zambien.

À lire aussi cet article : Affaire Koffi Olomidé à Abidjan, le PDG de Canta Productions réagit : « Une plainte a été déposée contre Koffi Olomidé et fera face à cette plainte dès qu’il foulera le sol Ivoirien »

Koffi Olomidé n’est pas à son premier déboire avec les hommes de médias. En 2008, il a été accusé d'avoir donné un coup de pied à un cameraman de la chaîne de télévision privée RTGA de la RDC et d'avoir cassé sa caméra lors d'un concert dans la capitale, Kinshasa, suite à un désaccord sur les droits d'enregistrement.

 

Philomène Yaï (Stg)

Philomène YAÏ (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte