Après ses accusations contre Maurice Bandaman et le Burida, Pat Saco bientôt devant le tribunal : Deux plaintes portées contre le chanteur


18/07/2018
Après ses accusations contre Maurice Bandaman et le Burida, Pat Saco bientôt devant le tribunal : Deux plaintes portées contre le chanteur
Ph DR

Pat Saco va très bientôt répondre devant le tribunal d’Abidjan-Plateau de ses accusations de détournement de fonds à l’encontre du ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman et de l’institution sous sa tutelle, le Burida, a appris Linfodrome de sources proches du dossier.

Il avait été prévenu et mis en garde au lendemain de ses accusations à l’encontre du ministre de la Culture et de la Francophonie à qui il reprochait de garder par devers lui des fonds devant être repartis aux repartis aux artistes sociétaires du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida). Eh bien, le ministère de la Culture et de la Francophonie et le Burida viennent de traduire en acte ce qui apparaissait comme une menace.

À lire cet article : Pat Saco charge à nouveau Maurice Bandaman et le Burida : « Eux-mêmes, ils ont reconnu qu’avant on prenait l'argent »

Une source très proche du dossier a confié à Linfodrome que deux plaintes conjointes ont été déjà déposées au parquet contre le chanteur Zouglou pour diffamation. Et à notre source de révéler que si Pat Saco n’a pas encore reçu ses convocations, ce serait chose faite dans les jours à venir. « Nous allons lui faire comprendre qu’on ne peut pas accuser sans preuve une autorité et une institution juste pour le fun et parce qu’on prétend à un poste de PCA », nous a confié notre source.

Interrogé hier par Linfodrome sur les preuves qu’il aurait en possession pour accuser le Burida et le ministre Maurice Bandaman de détournement de fonds, Pat Saco a dit ne pas en avoir. « Je n’ai pas de preuves, qu’ils m’accusent. Eux-mêmes, ils ont reconnu qu’avant on prenait l'argent mais pourquoi ils n’ont pas diligenté une commission d’enquête pour situer les responsabilités ? Le Burida aurait dû dès lors mettre sur pied une commission composée d’artistes et d’experts pour voir ce qu’il en est réellement. Ce qui n’a pas été fait. À l’heure actuelle, il ne s’agit pas de me menacer avec des histoires d’assignation en justice », a-t-il traduit.

Lire aussi : Pat Saco déshabille le ministre de la Culture et de la Francophonie : Maurice Bandaman riposte avec une menace de poursuite en justice

À en croire le lead vocal du groupe Zouglou Espoir 2000, il n’a aucune crainte à propos d’une assignation en justice. « Non, je n’ai aucune crainte du moment où je n’ai menacé personne. (…) J’ai simplement dénoncé un système dans lequel sont trempés le ministre Maurice Bandaman et bien d’autres avant lui. (…) Il faut que les gens arrêtent de vouloir faire croire que je fais un bras de fer avec le ministre. J’ai simplement dénoncé un système qui n’arrange pas les sociétaires du Burida que nous sommes », a confié le chanteur Zouglou.  

De fait, dans un post intitulé ‘’ Grosse magouille au Burida ‘’ publié le 29 juin 2018, via les réseaux sociaux et adressé aux artistes de Côte d’Ivoire, le lead vocal du groupe Espoir 2000, Pat Saco, a relevé que le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman et bien d’autres avant lui touchent la somme de 15 millions de Fcfa par répartition au niveau du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida). Soit 60 millions F Cfa par an et 240 millions F Cfa durant le mandat de 4 ans de Sery Sylvain, président du Conseil d’administration (Pca).

À lire aussi cet article : Affaire Pat Saco contre le ministre de la Culture : Le Burida dédouane Maurice Bandaman et menace le chanteur de poursuites judiciaires

Accusé, Maurice Bandaman a aussitôt tout nié en bloc menaçant le chanteur Zouglou de lui fournir les preuves de son accusation au risque de se voir ester une assignation en justice. « C’est du mensonge. Peut-il donner les preuves de ce qu’il dit ? (…). Je ne laisserai pas ça sans suite, parce que je ne peux accepter ces calomnies. Moi, en tant qu’auteur, je n’ai jamais reçu de droits depuis 1990. Alors, s’il pense qu’à chaque répartition, le Burida octroie 15 millions F cfa au ministre que je suis, vous pouvez le vérifier au Burida. Mais je vous avoue que je ne laisserai pas une telle calomnie prospérer. (…). Je suis un homme intègre ! Je suis un homme de culture, et j’essaie de faire ma vie politique sainement sans plonger dans ces magouilles-là. Je sais comment je me bats pour gagner mon argent », avait riposté Maurice Bandaman interviewé par AfrikiPresse. 

 


Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites. 

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2