Assigné en justice sur une plainte du ministre de la Culture et du Burida : Pat Saco activement recherché par la gendarmerie


Ph DR

Alors que le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, dans un message à son cabinet au Plateau demandait aux artistes exilés de rentrer au pays voilà que le Zouglouman Pat Saco est lui activement convoqué à la Brigade de recherche de la gendarmerie où il doit répondre des faits de diffamation à l’endroit du premier responsable de la culture ivoirienne.

Il n’aurait pas dû s’inscruster dans les affaires du Burida en portant de graves accusations à l’encontre de la gestion de la directrice générale du Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida). Cette sortie du lead vocal du groupe Zouglou Espoir 2000 lui vaut d’ailleurs une assignation en justice pour répondre des faits de diffamation au tribunal correctionnel d’Abidjan sur plainte du Burida et de sa directrice générale, Mme Irène Assa Vieira. Pat Saco qui a déjà reçu des convocations dans ce sens va dans les jours à venir se présenter devant le juge.

À lire cet article : Pat Saco déshabille le ministre de la Culture et de la Francophonie : Maurice Bandaman riposte avec une menace de poursuite en justice

Toutefois, bien avant de se rendre à la justice, il est activement recherché par la brigade de recherche de la gendarmerie où il devra aussi répondre de la plainte déposée à son encontre par le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman. Dans un post publié sur sa page Facebook, le Zouglouman s’étonne de la tournure des choses. Lui qui, déplorera-t-il, a porté ces accusations après avoir consulté un document à lui présenté par le président du Conseil d’administration du Burida, Sery Sylvain.

« Pour avoir vu et parlé de l’énormité des 14 millions F Cfa octroyés au sociétaire Maurice Bandaman sur un listing de droits généraux que l’actuel PCA, Sery Sylvain, m’a permis de consulter… Je mérite la prison », s’est-il indigné. Dressant le sombre tableau des plaintes auxquelles il devra répondre, Pat Saco se dit déçu. « Assignation devant le tribunal correctionnel par Mme Vieira irène, DG du Burida, plainte du ministre Maurice Bandaman à la gendarmerie section recherche. En lieu et place des chiffres et des preuves, j’ai assisté à une démonstration de décrets et des injures. J’avoue que je suis déçu », a-t-il déploré.

Lire aussi : Pat Saco charge à nouveau Maurice Bandaman et le Burida : « Eux-mêmes, ils ont reconnu qu’avant on prenait l'argent »

À en croire Pat Saco, il est clair que le ministre de la Culture et de la Francophonie et la directrice générale du Burida veulent le voir croupir dans les geôles de la prison. Si telle est leur volonté, a-t-il commenté, il se rendra en prison afin de libérer tous les artistes ivoiriens. « Je ferai cette prison d’abord pour le plaisir du couple présidentiel du Burida (Vieira et Bandaman) et s’il le faut pour libérer les artistes ivoiriens », a-t-il témoigné avant d’ajouter que tôt ou tard « la vérité triomphera ». 

À lire aussi cet article : Après ses accusations contre Maurice Bandaman et le Burida, Pat Saco bientôt devant le tribunal : Deux plaintes portées contre le chanteur

Le 29 juin 2018 dans un post sur sa page Facebook, Pat Saco accusait le Burida de verser mensuellement 15 millions F Cfa soit 60 millions F Cfa par an au ministre de la Culture et de la Francophonie. Maurice Bandaman et le Burida ont dans des déclarations botté en touche ces accusations. Mme Vieira et Maurice Bandaman ont par ailleurs menacé le Zouglouman de poursuites judiciaires pour diffamation et accusation sans preuve. 

 


Philip KLA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites. 

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte