Politique nationale

Affi prend une décision historique, les premiers ‘’irréductibles’’ tombent le masque


06/12/2014
La crise au FPI ainsi que l’élection présidentielle de 2015 sont les deux sujets de notre revue de presse de ce samedi 6 décembre 2014. Bonne lecture sur Linfodrome.ci.

Affi abat ses dernières cartes

Candidat à la présidence du FPI, Pascal Affi N’Guessan entend se donner les moyens de sa victoire. Pour cela, l’ex-Premier ministre a décidé de porter l’affaire de la candidature de son rival Laurent Gbagbo devant la justice, fait savoir Soir Info. « La bataille au FPI prend une autre tournure : des huissiers débarquent au Qg de Gbagbo », livre le journal à sa Une. « Les palabres autour de la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du Front populaire ivoirien (Fpi), au quatrième congrès de ce parti, du 11 au 14 décembre 2014, ont atteint un autre niveau. En effet, deux huissiers de justice ont débarqué, hier vendredi 5 décembre 2014, au Quartier général (Qg) de Laurent Gbagbo, à Attoban, pour remettre au Comité de contrôle, un exploit. Selon des sources sur place, il s'agirait d'une convocation devant la justice le jeudi 18 décembre 2014. Cela concerne la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du Fpi et surtout la lettre qu'il a fait parvenir depuis La Haye, où il est détenu, pour informer le président actuel de son parti, Pascal Affi N'Guessan, de son intention de briguer le poste de président du Fpi. Ces huissiers ont rencontré des membres du Comité de contrôle. Cette rencontre s'est tenue, alors que des secrétaires généraux de fédération du Fpi du District des Savanes animaient un point-presse pour demander le report du congrès », informe le journal.

Dans le même sens, L’Inter écrit à sa Une : « vive tension au Qg de Gbagbo ». Selon le journal, « La tension était perceptible, vendredi après-midi, au siège provisoire du Front populaire ivoirien, où deux huissiers de justice sont arrivés peu avant 15 heures. Ils ont été conduits dans une salle aménagée où les attendaient Vy Paul, président par intérim du Comité de contrôle et certains de ses collaborateurs. Quelques militants présents dans la cour du siège n’étaient pas particulièrement enchantés par cette visite des gens de justice. « C’est qui ceux-là ? Que viennent-ils faire ici ? », Interrogeait une militante. Son voisin, apparemment mieux informé, rétorquait : « Ce sont des huissiers. C’est Affi qui les envoie ». Cette réponse a irrité les personnes présentes dans la cour du siège, toutes des adversaires de Pascal Affi N’guessan candidat à sa succession au 4e Congrès et opposé à son mentor Laurent Gbagbo ».

Cette action du patron du FPI, Le Temps l’assimile à un aveu d’échec. « Sentant sa défaite au congrès : Affi traduit le FPI en justice », titre le journal. « Affi concocte un plan diabolique contre son parti, le FPI. En effet, contre toute attente, il a porté plainte contre le comité de contrôle au tribunal correctionnel du palais de Justice au Plateau pour ‘’faux dans l’utilisation du nom de Gbagbo’’. Selon nos informations, l’action judiciaire en marche est le plan ‘’B’’ qu’envisage le camp Affi », commente le quotidien.

Deux challengers pour Ouattara

Alassane Ouattara connaît désormais de deux autres de ses adversaires pour la prochaine présidentielle. Il s’agit de Kouadio Konan Bertin KKB et d’Essy Amara. A en croire Soir Info, l’ex-président de la JPDCI a décidé d’être candidat dans l’intérêt de son parti. « Il sera bien candidat à l'élection présidentielle de 2015. Bertin Kouadio Konan dit KKB, a en effet annoncé sa candidature hier, vendredi 5 décembre, 2014 à son Qg aux II-Plateaux.. « Oui, je suis candidat à l'élection présidentielle de 2015 », a-t-il déclaré. Et d'ajouter aussitôt : « Avec ou sans le Pdci, je suis candidat ». Le député de Port-Bouët et anciennement président des jeunes du Pdci, a expliqué que sa décision de se lancer dans la course à la présidence de la République s'explique par le fait que des cadres du parti n'ont point manifesté le désir d'être candidat, depuis l'appel de Daoukro. « J'ai observé trois mois durant, je n'ai vu aucun cadre (…) Si quelqu'un voulait affronter la situation, je n'en serais pas là », a-t-il soutenu », informe le quotidien.

Quant à L’Inter, il indique que ce sont des militants du vieux parti qui ont pris sur eux de déposer la candidature d’Essy Amara. « Les secrétaires de section et les présidents de comités de base se sont réunis et ont demandé aux militants du Pdci-Rda qui voudraient se présenter comme candidat à l'élection présidentielle, de déposer leur candidature. C'est dans cette optique que les planteurs Pdci ont porté leur choix sur l'ex-ministre des Affaires étrangères, Essy Amara, pour briguer le poste de président de la République. Le ministre Essy Amara, a t-il dit, ayant entendu leur cri du cœur, a déposé sa candidature à la maison du parti pour les présidentielles de 2015. « C'est pourquoi la Coordination nationale des secrétaires de section et les présidents de comité de base décide à son tour, de soutenir la candidature du ministre Essy Amara », a affirmé le porte parole des secrétaires de section », fait savoir le quotidien

Abraham KOUASSI

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome