La presse ivoirienne commente l'élection présidentielle française

Les pro-Gbagbo se muent en pro-Hollande


Votre revue de presse quotidienne
Heureux de vous retrouver ce samedi 5 mai 2012. Pour la revue d’aujourd’hui, deux informations essentielles sont livrées par la plupart des journaux ivoiriens : l’évasion de plusieurs prisonniers de la Maca (Maison d’Arrêt d’Abidjan) et le second tour de l’élection française

Une maison d’arrêt poreuse…

Concernant le premier sujet, sachez que depuis hier entre 10 et 12h, des prisonniers (40 ou 100 selon certains journaux quand d’autres annoncent 300) se sont évadés de la Maca. Les explications vont bon train selon les bords. Le Nouveau Réveil et le quotidien Nord Sud prétendent que ce sont les pro-Gbagbo que les gens voulaient faire sortir parce que des selon des témoignages qu’ils ont rapporté, les prisonniers scandaient « libérez Gbagbo » et que des militaires du camp du président déchu auraient été aperçus parmi les mutinés. L’intelligent d’Abidjan rétorque que les pro-Gbagbo et autres prisonniers Vip n’ont point voulu fuir. Au contraire, Sylvain Débally écrit que ces personnes avaient peur et ont « tremblé » devant la mutinerie des bagnards. Le Nouveau Courrier, lui, révèle que c’est plutôt 20 éléments des Frci d’Abobo arrêtés qui sont à la base du coup de force. Face à ces évasions répétées, le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, a dit « c’est suspect », fait savoir Le Patriote. C’est pourquoi le Mandat affirme à sa Une : « Déstabilisation du régime Ouattara : un sale coup se prépare ». Les raisons de cette évasion sont doubles, à en croire Soir Info : La première est que le gendarme commis au mirador par lequel les prisonniers sont sortis, était absent. La seconde est que des dysfonctionnements ont empêché d’électrifier les barbelés de protection sur la clôture de la prison.

Les pro-Gbagbo se muent en pro-Hollande

On vous a dit que quand il pleut à Paris, Abidjan est mouillé. Les journaux ivoiriens ont encore chargé l’élection française. Fraternité Matin demande entre Sarkozy et Hollande « qui chantera dimanche ? ». Aujourd’hui répond : « Sarkozy, le jour du dernier jugement » et son confrère Le Temps d’ajouter : « sale temps pour Sarkozy ; la presse européenne prédit son échec ; les Ivoiriens s’apprêtent à faire la fête ». Parce qu’à considérer Le Nouveau Courrier « les malédictions ivoiriennes contre Sarkozy font leur effet. Et Notre Voie de conclure : « c’est la fin ».

Les autres titres de l’actualité…

Combien d’années Gbagbo va t-il passer à la Haye ? L’Expression annonce plusieurs années sans donner de précisons. Ce quotidien s’est référé à une adresse de la juge de la Cpi, Fernandez de Gurmandi, aux représentants légaux de la cour: « le procès (à savoir la mise en état, le procès proprement dit, l’appel, la phase des réparations) peut s’étendre sur plusieurs années ; la greffe demande donc aux candidats de prendre en considération leur disponibilité à long terme ». Pendant ce temps à Abidjan, dans une interview du maire d’Adjamé, Youssouf Sylla (Rdr), publiée par Le Quotidien d’Abidjan, celui-ci déclare que « Gbagbo n’a rien fait. Il a été victime de son entourage ».

Dans son interview, le maire d’Adjamé a déclaré que le bilan du président Alassane Ouattara, un an, après est positif, qu’il a fait beaucoup d’efforts pour relever le pays, devant les dégâts de la crise post-électorale. Le Quotidien d’Abidjan s’inscrit en faux ; il avance que le pouvoir Ouattara est « plus budgétivore » que celui de Gbagbo. « Budget de souveraineté : Gbagbo - 100 milliards ; Ouattara - 300 milliards », a-t-il titré. Notre Voie, lui, dénonce une gestion familiale du pays par le chef de l’Etat d’après un article de La Lettre du Continent : « Rattrapage et mauvaise gouvernance : Ouattara gère l’Etat avec sa famille : sa femme, son oncle, son frère, ses soeurs, son neveu, sa nièce… nommés au Palais » barre sa grande Une.

Anne Ouloto, ministre de la salubrité urbaine vous apprend « qu’elle n’a pas encore de solution » dans la lutte contre l’insalubrité nous racontent L’Intelligent d’Abidjan et la Nouvelle.

L’Inter nous ramène sur l’attaque de Taï. Selon un patriarche de Sakré, Pierre Paulet, le village attaqué, « ce sont les libériens, les allogènes, les Frci et les dozos » qui sont les auteurs de ces attaques. En outre, il indique que « l’Onuci avoue, enfin : Nous avons ouvert le feu », au cours des évènements de Bonon, lors des législatives.

Bon week-end et à lundi, si Dieu le veut.

César DJEDJE MEL (Stg)

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte