Revue de presse: Visite royale, procès et passe d'armes


C'est une semaine sous le sceau de la coopération ivoiro-marocaine qui s'achève. L'axe Rabat-Abidjan se porte véritablement bien.

 

S'il fallait une preuve, la signature, lundi 27 février, de quatorze (14) conventions et mémorandum d'entente, en serait un témoignage éloquent. Ces accords ont été scellés sous la présidence de Mohamed VI, en visite d'amitié et de travail en Côte d'Ivoire, et du président Alassane Ouattara. Ils vont de l'Armée aux Transports en passant par les TIC et la santé. Les militaires ivoiriens, en particulier, peuvent se féliciter de ces accords. Deux d'entre eux les touchent directement. On pourra mentionner le Mémorandum d'entente pour le financement de l'acquisition de logements principaux pour les agents militaires des forces armées. Il vise à faciliter l'accès d'un grand nombre de militaires au logement en tant que propriétaires. Bonne nouvelle pour les concernés qui ont souvent souhaité l'amélioration de leurs conditions de vie et de travail. La semaine a enregistré la poursuite du procès dit celui « des disparus du Novotel », en allusion aux quatre hommes enlevés à l'hôtel Novotel pendant la crise post-électorale de 2010, puis assassinés.

Parmi les accusés, se trouve le patron de la Garde républicaine sous Laurent Gbagbo, le général Dogbo Blé. A la barre, mercredi 1er mars, il a demandé au président du tribunal de faire comparaître l'ambassadeur de France, à l'époque des faits, ainsi que le patron de Licorne, s'il souhaitait « connaître la vérité ». Dogbo Blé a affirmé avoir donné un seul ordre : celui d'enlever les corps des victimes du palais présidentiel. « A part le fait de demander de faire sortir discrètement les corps, je ne me reproche rien », a martelé l’officier. Vendredi 3 mars, sur les ondes de Radio France internationale, l'ex-ambassadeur de France en Côte d'Ivoire, Jean-Marc Simon, a répliqué : « M. Dogbo Blé ne peut pas avoir à reprocher à la France de ne pas avoir eu de militaire au Novotel et d’avoir envoyé ses hommes parce qu’il suspectait justement qu’il y en avait. Ça me paraît un peu contradictoire».

Le procès en assises reprend, mardi, avec de nouveaux témoignages. On notera la passe d'armes, au Rassemblement des républicains, entre l'ex-ministre Cissé Bacongo et Joël N'guessan porte-parole dudit parti. Le premier a reproché, dans une récente interview, le fait que les réunions du Bureau politique du Rdr intègrent « les prestations d’artistes, les vendeurs d’arachides, de pois sucrés et les vendeurs de cigarettes ». Joël N'guessan, estimant que ces propos n'étaient pas du goût des militants, a répondu à Cissé Bacongo, qui lui a répondu à son tour. Le troisième congrès ordinaire du Rdr aura lieu les semaines à venir. Il pourrait être très animé. A tous, bon week-end !

 

Kisselminan COULIBALY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte