Revue de presse : Liberté de presse en danger


La semaine écoulée fut marquée par la célébration de la Fête du Travail.

 En Côte d'Ivoire, à l'occasion de cette fête, le 1er mai 2017, au cours d'une rencontre au Palais présidentiel, le président Alassane Ouattara a appelé les syndicats de travailleurs à une trêve sociale pour permettre de résoudre les problèmes restés en suspens après la grève des fonctionnaires de janvier qui avait paralysé l'administration publique. La plupart des syndicats sont repartis en restant sur leur faim. Deux jours plus tard, c'est-à-dire le mercredi 3 mai, les journalistes ivoiriens ont fait l'actualité. A l'occasion de ''la Journée mondiale de la liberté de la presse'', l’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci) a décidé de faire une marche à Cocody. Cette année, c’est sur une note particulière qu'a été célébrée cette journée. Un projet de loi sur la presse en Côte d’Ivoire est, depuis hier vendredi 5 mai, sur la table des députés. Il dispose d’un point punissant les délits. Pour les journalistes, dans leur ensemble, c’est un «recul» de la liberté de la presse en Côte d’Ivoire, tout en souhaitant qu'ils ne soient pas emprisonnés pour des délits de presse. Malgré tout, ce projet de loi portant régime juridique de la presse a été adopté par les membres présents de la Commission des affaires sociales et culturelles (Casc).

Autre chose, l'armée ivoirienne a envoyé pour la première fois une "unité combattante" de 150 soldats au Mali, qui rejoindra la force de l'Organisation des nations unies à Tombouctou. Un engagement qui montre le retour de la Côte d'Ivoire sur la scène internationale au niveau de la défense et de la sécurité. Cet envoi, il faut le dire, a coïncidé avec la 6e réunion des ministres de la Défense des pays membres de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad). Cette réunion se tient dans un contexte lié, notamment, au terrorisme qui menace la région.

Vingt-huit pays africains membres de la Cen-Sad, plusieurs pays occidentaux ainsi que des organisations internationales se sont donné rendez-vous à Abidjan, la capitale économique ivoirienne, pour aborder les questions liées au terrorisme. Côté politique, le nouveau président du Ghana, Nana Dankwa Akufo-Addo, effectue une visite de travail et d’amitié en Côte d’Ivoire du 5 au 7 mai 2017. Cette visite du président ghanéen est la première du genre depuis son accession à la magistrature suprême de son pays. Outre cette activité, la rencontre entre le président de l'Assemblée nationale et Alain Toussaint, un ancien porte-parole et conseiller de Laurent Gbagbo, mercredi 3 mai à Paris, a marqué les esprits.

Cette rencontre a été placée sous le sceau de la réconciliation par les deux protagonistes. Les choses ont également bougé du côté de la justice ivoirienne avec la libération, jeudi 4 mai, de Mme Antoinette Rouissa Meho dite ''Maman Gbagbo'' , incarcérée en août 2016 à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan (Maca) pour "atteinte à la sûreté de l'Etat"

 

Cyrille DJEDJED

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Cyrille Djedjed

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte