Revue de presse : Mangou casse la baraque !


Cette semaine a été fortement marquée par le début, à La Haye, du témoignage du général de corps d'armée, Philippe Mangou, dans le procès conjoint Laurent Gbagbo-Charles Blé Goudé.

L'ancien chef d’État-major de l'armée- du temps de la crise post-électorale- converti à la diplomatie, s'est montré bien prolixe les premiers jours de sa déposition. Il a taclé certains généraux, notamment Tiapé Kassaraté Edouard et Bredou M'bia, qui l'ont précédé à la barre. Les deux officiers, respectivement chefs de la Gendarmerie et de la Police, « n'ont pas joué franc-jeu » pendant la crise post-électorale, a « mitraillé » Philippe Mangou. Le général Dogbo Blé, à l'époque patron de la Garde républicaine, en a pris pour son grade. Le témoin l'a décrit comme un officier qui « s'est vu pousser des ailes au point d'arrêter des anciens ». Philippe Mangou s'est proprement déchargé sur les deux principaux accusés, Laurent Gbagbo et Blé Goudé. L'ex-chef d’État n'aurait manifesté aucune compassion à son endroit lorsque sa résidence était attaquée. Il aurait même expliqué à Philippe Mangou avoir une idée des auteurs de l'attaque de sa résidence.

A la Cpi, Laurent Gbagbo s'est vu, une nouvelle fois, refuser la liberté provisoire. Les juges ont estimé que sa détention était « appropriée et nécessaire ».

Sur le plan intérieur, pro et anti Guillaume Soro continuent de se livrer une guerre sans merci. Les pro-Soro s'en prennent, quelquefois, ouvertement, à Alassane Ouattara, très souvent, à Amadou Gon Coulibaly et à son clan. Méité Sindou (pro-Soro), ancien secrétaire national à la bonne gouvernance, a estimé, dans une interview, qu'il fallait « combattre les dérives autocratiques du régime ». Maizan Koffi, cadre du Rassemblement des républicains, plutôt proche de Gon Coulibaly, lui a apporté la réplique. Franklin Nyamsi de s'inviter à la partie, ulcéré par les écrits d'un quotidien pro-Gon Coulibaly. Ce conseiller de Guillaume Soro fustige des « autocrates extrémistes du régime qui ont mis le Rdr en coupe réglée lors de leur dernier simulacre de congrès ». Il va jusqu'à s'en prendre aux journalistes et à leur vie privée. Il est apostrophé, à son tour, par l'un de ses anciens compagnons, Alexis Dieth. Ce dernier se désole des « dérives langagières » de Franklin Nyamsi, et le supplie de « refréner ses passions ».

En marge de la guéguerre pro-anti Soro, une nouvelle attaque armée a été enregistrée. Un commissariat d'Abobo a été la cible d'attaque, avec des armes emportées. Quelques heures après l'agression, qui s'est déroulée le mardi 26 septembre, l'information sur la découverte d'un arsenal de guerre à Attécoubé a été diffusée. Cet arsenal aurait été dissimulé dans un gymnase ''désaffecté'', en plus de matériel de communication et autres fausses plaques d'immatriculation de véhicules ainsi qu'environ 300 tenues militaires treillis.

S'adressant aux médias, le maire d'Attécoubé a tenu à préciser que Bromakoté, où les armes ont été découvertes, est un quartier d'Adjamé. Conséquence : il n'est pas exact, au dire de Danho Paulin, d'affirmer que les armes ont été découvertes dans sa commune.

A la Mutuelle générale des fonctionnaires et agents de l’État de Côte d'Ivoire (Mugef-Ci), les élections ont tourné à l'avantage de la liste Solidarité-égalité, conduite par Mesmin Komoé. Le syndicaliste sera, selon toute vraisemblance, le prochain président du Conseil d'administration de la Mugef-Ci.

A la semaine prochaine !

 

Kisselminan COULIBALY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte