Revue de presse : Salaire des députés, annexe fiscale et autres


La semaine a démarré sur fond de polémique. Une information de Jeune Afrique fixait que les députés ivoiriens ont négocié et obtenu un bonus de « 500.000 frs cfa » sur leurs émoluments.

L'affaire a suscité sur la toile quelques commentaires enflammés d'internautes, certains fustigeant la « boulimie » des parlementaires. Un député, joint par L'inter, n'a ni confirmé ni infirmé l'information. L'argent n'aime pas le bruit, dit-on.

Si la date des élections locales n'est pas encore connue, les spéculations vont bon train sur de probables dates. Dans le même temps, les opposants, notamment ceux proches de l'ancien président Laurent Gbagbo, sont en campagne pour obtenir une réforme de la Commission électorale indépendante, l'organe en charge de l'organisation du scrutin.

Sur le plan sécuritaire, le calme est revenu à Bouaké, la capitale de Gbêkê, après des jours bien agités en raison d'incidents entre militaires et éléments du Centre de commandement des décisions opérationnelles (Ccdo). En conférence de presse, mercredi 17 janvier 2018, le porte-parole du gouvernement a indiqué que des « décisions » avaient été prises, après les évènements de Bouaké, sans toutefois donner la nature de ces décisions.

L'annexe fiscale a été un des principaux sujets d'actualité. Le patronat est depuis peu vent debout contre le document, qu'il juge défavorable aux entreprises. Le gouvernement a décidé de mettre balle à terre. Des discussions ont alors débuté, vendredi 19 janvier, pour arriver à un consensus.

Sur le plan judiciaire, la semaine a été fournie. Sam Jichi dit Sam l'Africain, leader d'un petit parti politique, est sorti de prison, lundi 15 janvier. Il a passé 10 mois à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan après qu'il a été condamné pour « injure contre les ressortissants d'un groupe ethnique ». Plusieurs partisans de l'ex-chef d’État ont, par ailleurs, été situés sur leur sort. L'ex-ministre de la Défense, Lida Kouassi, a été condamné à 15 ans de prison pour «complot contre l'autorité de l'Etat». Avec lui, le colonel Katé Gnatoa a écopé de la même peine.

Dans l'affaire dite du « braquage de la Bceao », l'ex-président déjà en procès à la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo, son porte-parole, Justin Koné Katinan, son dernier Premier ministre, Aké N'gbo, et Désiré Dallo, qui fut son ministre de l'Economie et des Finances, ont été condamnés à 20 ans de prison. La justice les a encore condamnés à payer 329 milliards de F cfa de dommages et intérêts. Koné Katinan, en exil à Accra, a vu délivrer à son encontre un mandat d'arrêt international.

Dans la rubrique Sport, après une médiocre prestation des joueurs ivoiriens (ponctuée par deux défaites en autant de rencontres) au Championnat d'Afrique des nations de football (Chan) au Maroc, la Côte d'Ivoire est assurée de ne pas continuer la compétition. Il va falloir se retrousser les manches !

 

Kisselminan COULIBALY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

 

 

Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte