Revue de presse : Eurobond et bond de l’opposition


Quelques bonnes nouvelles ont meublé la semaine qui s’achève, pour la Côte d’Ivoire, même si elle a également été animée par quelques activités mouvementées et au goût plutôt amer.

Au chapitre des bonnes nouvelles, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a réussi à mobiliser sur les marchés financiers internationaux, la somme de 1 115 milliards de fcfa destinée au financement du budget 2018. Ce budget a prévu, selon le Premier ministre lui-même, un recours aux marchés financiers pour un montant de 1310 milliards de fcfa. Même s’il y a un gap de 195 milliards à combler pour atteindre ce chiffre, c’est une réelle bouffée d’oxygène pour les gouvernants ivoiriens qui font face à la sévère conjoncture due à la baisse des cours du cacao, principal produit de rente pour le pays. Cet eurobond remet par ailleurs au centre des débats la question de l’endettement surélevé de la Côte d’Ivoire. Mais le Premier ministre rassure que le ‘’ taux d’endettement de la Côte d’Ivoire est le plus faible de la sous-région ‘’. Les secteurs de la santé, de l’éducation, l’électrification rurale et la construction du 4è pont sont prioritaires dans le cadre des financements.

Autre bonne nouvelle de la semaine, la pose de la première pierre du Centre de valorisation et d’enfouissement technique (Cvet), lundi 19 mars 2018, pour le traitement des déchets solides. D’une valeur de 40,73 milliards de fcfa, ce centre sera bâti à Kossihouen, dans la sous-préfecture de Songon, 45 km au nord d’Abidjan. Il est prévu pour être livré en juillet 2018, et devrait permettre d’assainir la ville d’Abidjan avec le ramassage et le traitement des ordures ménagères. C’est un réel ouf de soulagement pour les Ivoiriens et les acteurs de la filière déchets, vu que la décharge d’Akouédo, totalement dépassée, n’arrivait plus à satisfaire les besoins d’assainissement du district d’Abidjan.

On ne saurait passer cette semaine en revue sans faire cas de l’ouverture officielle de l’hôpital mère-enfant de Bingerville, une œuvre de la fondation Children of Africa de la Première dame Dominique Ouattara. Inauguré le vendredi 16 mars dernier par le président de la République, Alassane Ouattara, cet hôpital constitue l’une des réponses aux problématiques de l’accès aux soins de santé en Côte d’Ivoire. Ses premiers services sont fonctionnels depuis le début de la semaine.

Au chapitre des faits qui ont marqué la semaine et qui ne réjouissent pas les Ivoiriens, il y a ceux relatifs à l’actualité politique. Ici, tout ou presque va mal. Sur la question de la Commission électorale indépendante (Cei) et des élections sénatoriales, le pouvoir et l’opposition ont continué leur mésentente. A ce sujet, la star du reggae Tiken Jah Fakoly a fait des déclarations pour dénoncer l’attitude du pouvoir, et prendre fait et cause pour l’opposition. Une montée d’adrénaline qui va déboucher sur quelques bonds effectués par les opposants ivoiriens dans leur combat, ce jeudi 22 mars 2018. Avec, d’une part, une marche du mouvement Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), une coalition de l’opposition très attachée à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, et, d’autre part, une manifestation de protestation devant les locaux de la Cei, conduite par Affi N’guessan, président du Front populaire ivoirien (Fpi), le parti créé par Laurent Gbagbo. Les deux manifestations, qui « n’étaient pas autorisées », ont été réprimées par les forces de l’ordre.

A côté de cette actualité bouillonnante, la campagne pour les élections sénatoriales, justement contestées par l’opposition, et prévues pour se tenir ce samedi 24 mars 2018, battait son plein. Par ailleurs, si les Houphouëtistes, au pouvoir, font chorus pour ces élections sénatoriales où on enregistre des candidatures Rhdp, ils demeurent plus que divisés sur la question du parti unifié et de l’alternance en 2020. Les deux grands leaders de la coalition au pouvoir, Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, devraient se rencontrer pour aplanir les divergences. Cela n’a pu se faire jusqu’à ce que l’aîné Bédié retourne dans son village natal à Daoukro, lundi 19 mars 2018. De plus, ce même lundi, une importante réunion prévue à Yamoussoukro pour la signature du manifeste du parti unifié n’a pas eu l’assentiment de tout le monde. Comme quoi le parti unifié est ce qui désunit le plus les héritiers d’Houphouët-Boigny. Vont-ils parvenir à s’entendre sur la question ? La suite de l’actualité nous dira. A la semaine prochaine.

 

H. ZIAO

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Hamadou Ziao

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte