Simone Gbagbo jubile, la CPI la guette


La presse ivoirienne dans son ensemble parle de la libération de l’ex-première Dame, Simone Gbagbo décrit l’ambiance autour de sa sortie de prison jusqu’à son domicile.

Mme Simone Gbagbo a humé l’air de la liberté, le mercredi 8 août 2018, suite à la grâce accordée par le président de la République Alassane Ouattara à 800 prisonniers. Evidemment, cet événement fait la Une de plusieurs journaux de la place. Le Quotidien D’Abidjan, proche de l’opposition ivoirienne barre à sa Une : ‘’Simone Gbagbo aux militants hier’’ : « Levez-vous pour la nouvelle phase du combat ». Le confrère rapporte dans les moindres détails la sortie de l’ex-première Dame. Dans sa livraison, il nous apprend que les militants du FPI ont pris d’assaut le Palais de justice pour « jauger la sincérité du discours du chef de l’Etat annonçant l’amnistie de Simone Gbagbo et des autres prisonniers proche de l’ex-régime ». Puis le confrère de décrire l’ambiance sur le chemin du retour à la maison : « Des populations de son quartier dressent une haie d’honneur pour saluer cette grande victime de la haine du RDR et ses parrains occidentaux ». Et la résidence du couple Gbagbo ? « Lorsque le cortège s’approche de la maison familiale, la foule délire », écrit-il avant de nous apprendre que Mme Simone Gbagbo a pris la parole aux environs de 14h. Pour sa part, le quotidien indépendant Soir Info titre : « Après sa sortie de prison hier, Simone Gbagbo met le Palais de justice et son quartier sur un pied ».

L’Expression, quotidien proche du pouvoir, parle du même sujet, mais reste un peu à l’écart des autres confrères. « FPI/Après sa libération : Pourquoi Simone n’ira pas voir Gbagbo à la Haye », ‘’Ce qui complique sa situation’’. Le confrère nous fait savoir que « Ceux qui s’attendent à une visite de Simone à Gbagbo devront déchanter ». Il poursuit pour en donner les raisons : « Elle ne pourra pas rendre visite à l’ancien président à cause du mandat d’arrêt lancé par la Cour pénale internationale qui la soupçonne d’avoir commis des crimes contre l’humanité pendant la crise postélectorale en 2010-2011. En cas de déplacement aux Pays-Bas, Simone sera automatiquement arrêtée ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte