Le fossé s’agrandit entre Soro et Ouattara, tout se précise chez Bédié, les pro-Gbagbo chargent


Le fossé s’agrandit entre Soro et Ouattara, tout se précise chez Bédié, les pro-Gbagbo chargent

Guillaume Soro est sur les feux des projecteurs. Le président de l’Assemblée nationale (Pan) est, sans doute, la personnalité politique la plus médiatique de la semaine. En bien comme en mal. Ce vendredi 4 janvier 2019, le chef du Parlement ivoirien fait parler de lui. Abondamment. Sur la grande majorité des manchettes. « Déterminé, Soro entre en guerre ouverte contre Ouattara », informe Soir info. Tandis que ‘’Le Quotidien d’Abidjan’’ détecte une menace et titre sur la même information : « Soro menace, le pouvoir tremble ». Et ‘’Générations nouvelles’’, le quotidien proche du Pan, de préciser : « Congrès constitutif du parti unifié : Soro dit non à Ouattara ». C’est à croire que le divorce est en train de se consommer entre le chef du Parlement ivoirien et le patron de l’Exécutif.

En tout cas, le fossé s’est agrandi entre les clans incarnés par ces deux personnalités ces jours-ci. Cela ne semble pas être le camp pour les relations entre le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié et le président de la République, Alassane. Du moins, si l’on en croit le ministre Touré Mamadou. « Le divorce entre Ouattara et Bédié n’est pas consommé », révèle sur Le Jour Plus, le Porte-parole adjoint du parti unifié Rhdp en constitution. Des propos pris à contre-pied par le quotidien L’inter qui affiche : « Présidentielles 2020 : Bédié candidat, ça se précise ». Toutefois, tout ne semble rouler comme sur des rails pour le président du Pdci-Rda. « Affi et les GOR disent non à Bédié », révèle L’Expression, qui ajoute que l’ancien chef d’Etat est « mal barré » dans son projet de mise en place d’une nouvelle plate-forme de l’opposition.

On pourra dire que c’est le sujet de la semaine. La mise sous administration provisoire de communes et l’installation de préfets à la tête de ces mairies. « Le préfet d’Abidjan clarie tout : ce n’est pas nouveau en Côte d’Ivoire », relaie Le Patriote. « Ce sont des choses prévues par la loi », ajoute L’inter qui livre intégralement les propos enregistrés en vidéo sur sa page facebook par le gouverneur Vincent Toh Bi Irié et croit savoir « Pourquoi le député Jacques Ehouo, maire proclamé élu du Plateau, ne s’est pas présenté à la police où il a été convoqué ce jeudi 3 janvier 2018. « Mise sous tutelle de la mairie du Plateau : Le pouvoir bafoue la Cour suprême, comment le complot a été monté contre Jacques Ehouo », charge LG infos, le journal proche de l’ex-président, Laurent Gbagbo. « Voici les preuves du faux », complète Le Quotidien d’Abidjan qui montre « ce que disent les textes » et donne déjà des réactions sur le sujet. A propos de réaction, Le Temps donne celle des avocats du candidat du Pdci-Rda et annonce une « réunion d’urgence des chefs Atchans », communauté ethniques de l’élu mis en cause. « Dérive dictatoriale du régime», qualifie Notre Voie, qui dénonce la mise sous tutelle de commune.

Toujours d’actualité, le procès de l’ex-président Laurent Gbagbo continue de faire couler de l’encre. « Avant la décision des juges, Me Altit monte au créneau, un complot contre Gbagbo découvert, le dernier coup de l’accusation mis à l’eau », affiche en grande manchette, Le Temps.

Enfin, le prochain congrès du Rhdp unifié fait déjà des émules. Notamment LG infos qui révèle : « Avant le congrès du Rhdp, le régime Ouattara rançonne les cadres de l’Administration ». Information illustrée avec un courrier en fac-similé présenté comme des aveux d’un haut cadre du Rhdp, qui dit : « Le courrier émane de nous, quand il y a des événements, on sollicite des militants ». Juste les efforts du militant sans toucher aux caisses de l’Etat ? A savoir en parcourant les lignes des confrères.

 

F.D.B

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte