Côte d’Ivoire : Guillaume Soro pris en flagrant délit…, des chefs coutumiers et religieux interpellent Ouattara


24/04/2019
Côte d’Ivoire : Guillaume Soro pris en flagrant délit…, des chefs coutumiers et religieux interpellent Ouattara
Guillaume Soro représente-il un caillou dans les souliers de Ouattara ?

Guillaume Soro, ancien allié d’Alassane Ouattara continue de défrayer la chronique, à travers des propos qui fâchent le pouvoir. Ce mercredi 24 avril 2019, la presse ivoirienne lui a accordé une place de choix. Sans passer sous silence la rencontre entre le président de la République et des chefs traditionnels.

« Guillaume Soro pris en flagrant délit de tribalisme et d’ethnicisme », titre L’Expression. Selon le journal, le président du Conseil politique (Soro) le 20 avril 2019, au cours d’un meeting de clôture d’une tournée qu’il a effectuée dans le département de Dabakala, « a surfé sur les démons de la division qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire et conduit à la crise post électorale ». Puis d’ajouter ces propos de l’ex-président de l’Assemblée nationale : « Quand Gbagbo était là, il ne mettait pas Blé Goudé en prison tous les jours. Quand Bédié était là, il ne mettait pas KKB en prison. Pourquoi c’est au tour du Nord que le Nord met le Nord en prison ? »

En outre, au cours de cette rencontre M. Soro a dénoncé la mévente de l’anacarde. Sur ce sujet, Pour Le Rassemblement, « Guillaume Soro » a été purement et simplement pris en flagrant délit de mensonge ». Aussi, Le Jour Plus a-t-il publié l’intégralité de la déclaration de Adjoumani Kobenan Kouassi, porte-parole du Rhdp : « Le Rhdp répond au Pdci et à Guillaume Soro ».

Par ailleurs, dans la guéguerre entre le chef de l’État et son ‘’Fils’’, le journal indépendant Soir Info explique « comment Ouattara veut neutraliser Soro ». Pour ce quotidien, Alassane Ouattara qui semble avoir pris conscience de son retard face à son ex-poulain sur le terrain, veut renverser la vapeur. « Dans cette dynamique, il a décidé de passer à la contre-offensive, d’aller au charbon sur les traces de l’ancien chef rebelle. « Pour ce faire, il a inscrit dans son agenda, des audiences avec les communautés ivoiriennes », souligne Soir Info.

Justement, la rencontre que Ouattara a eu avec les chefs traditionnels du Sud Comoé, des grands ponts et de la région des Lagunes, le mardi 23 avril 2019 n’a pas échappé à la presse. « Des chefs coutumiers et religieux interpellent Ouattara », a titré Le Temps. Selon le journal, trois organisations religieuses ont exprimé leurs inquiétude à l’orée de la présidentielle de 2020. « Les Ivoiriens ont commencé à avoir peur », renchérit L’Inter. Et, Me Claver N’Dry d’ajouter, à la Une de LG Info que « des gens font leur passeport pour quitter le pays.

Autre actualité brulante, c’est celle du scandale du riz impropre à la consommation humaine débarqué au Port d’Abidjan. Le Nouveau Réveil s’interroge de savoir : « qui veut garder le riz-poison ? » Le confrère fait observer qu’une semaine après son lancement, l’opération de destruction n’avance pas.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2