Tout change à la CEI, Adjoumani sort, l’opposition ne se laisse pas faire


Tout change à la CEI, Adjoumani sort, l’opposition ne se laisse pas faire
La Commission électorale indépendante (CEI) a changé de configuration

Les médias ivoiriens consacrent ce jeudi 4 juillet 2019, leur publication aux changements intervenus à la Commission électorale indépendante (CEI), à la sortie de Kobenan Kouassi Adjoumani et à l’offensive de l’opposition.

« Après les discussions pouvoir-opposition/ CEI : Tout change ! » barre à sa Une le confrère le Patriote, qui ajoute que « l’équilibre est rétabli » avec la « montée en puissance de la société civile » et le « retrait des confessions religieuses ». Dans sa livraison, le confrère donne la nouvelle configuration de la CEI. « Les conditions d’une élection inclusive et transparente pour 2020 se mettent en place (…). La nouvelle CEI comprend désormais 15 membres pour la commission centrale, 7 membres pour le bureau et 7 membres pour chacune des commissions locales ». Et le confrère de donner la répartition des 15 membres de la commission centrale : « 1 représentant du Président de la République, un représentant du ministre de l’Intérieur, 6 représentants de la société civile (1 avocat membre du barreau, 1 représentant de la Commission des droits de l’homme, 4 représentants des ONG), 1 représentant du Conseil supérieur de la magistrature, 3 représentants du RHDP, 3 représentants des partis de l’opposition ». Le confrère rappelle que « dans l’ancienne commission, 8 membres sur les 17 étaient des représentants de l’Etat dont 4 représentants de l’Etat et les partis au pouvoir 4 »

Sur le même sur la nouvelle CEI, le confrère L’Expression se demande « Qui va succéder à Youssouf Bakayoko » et montre « comment la PDCI et les pro-Gbagbo » se sont discrédités ». Le confrère nous apprend que « entré dans l’opposition frontale avec le pouvoir, après son départ du RHDP qu’il a pourtant œuvré à construire, le parti démocratique de Côte d’Ivoire donne aujourd’hui l’image d’un parti installé dans la défiance ».

Pour le confrère LG Info, « Le gouvernement se taille la part du lion » dans « la CEI, version Ouattara ».

L’autre sujet qui revient dans la presse ivoirienne est la sortie du ministre Kobenan Kouassi Adjoumani le géniteur de « Sur les traces d’Houphouët Boigny », après un an d’existence de ce mouvement. A ce propos, le ministre affirme dans Le Patriote que « La lumière a jailli » et que l’événement a été célébré dans la liesse populaire, à la place CP1 de Yopougon.

Quant au confrère L’Expression, il tire. « An 1 de ‘’Sur les traces de FHB’’/ Adjoumani formel : ‘’Notre objectif est atteint’’ ». « Hier à la place CP1 dans la commune de Yopougon, le président dudit mouvement, Kouassi Adjoumani et ses militants ont marqué une pause pour revisiter le chemin parcouru ».

La presse ivoirienne s’intéresse également aux différentes sorties de l’opposition. Pour la présidente de l’Union républicaine pour la démocratie, Danièle Boni Claverie qui était en conférence de presse, hier mercredi, un danger guette la Côte d’Ivoire. Le confrère Soir Info l’illustre bien en titrant à sa Une : « Voici pourquoi la Côte d’Ivoire est en danger »

L’actualité, c’est aussi la prorogation de la validité de la carte nationale d’identité (CNI) pour un an.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte