Santé: 70 % des médicaments vendus en Afrique sont des faux


Les médicaments de contrefaçon ont envahi les marchés africains (Photo d'archives)
La contrefaçon en matière de produits pharmaceutiques, touche le monde entier. Mais, selon l'Organisation mondiale de la santé (Oms), le continent africain est le plus menacé par ce phénomène.

A en croire l'Oms qui mène actuellement une campagne de sensibilisation sur le fléau, 30 à 70 % des médicaments qui se vendent en Afrique, sont contrefaits. Les antibiotiques et les médicaments rentrant dans le traitement du paludisme, de la tuberculose et du sida, sont les produits les plus falsifiés. Comme l'a fait savoir un spécialiste en santé, interrogé par France 24, les malades se retrouvent ainsi à consommer des médicaments contrefaits. C'est-à-dire, à utiliser, dans le cas de leur traitement, des produits sans principe actif, sous-dosés ou contenant des substances toxiques. Selon toujours le spécialiste en santé, des poussières de peinture, de l'antigel, du mercure...ont été ainsi retrouvés dans des médicaments de contrefaçon. Les risques de ce trafic sont nombreux. De fait, l'ingestion de ces médicaments de contrefaçon peut provoquer des pathologies, des handicaps et même entraîner la mort. Il ne faut pas perdre de vue qu'il peut se développer chez le patient, de fortes résistances, puisque que le produit utilise dans le cadre du traitement, contient un faible dosage en principe actif. Pendant ce temps, la maladie évolue, puisque que le malade ne prend pas le traitement adéquat. Ce phénomène qui prend de l'ampleur dans de nombreux pays africains, a été responsable, en 2013, de la mort de 122.000 enfants de l'Afrique de l'ouest, qui souffraient de paludisme. Toutefois, il est bon de signaler que si ce fléau est difficile à éradiquer, cela est dû à plusieurs facteurs dont les prix souvent trop élevés des médicaments et les ruptures de stocks, récurrentes dans les points de vente officiels. Toutes choses qui contraignent les patients à se tourner vers les marchés parallèles qui fleurissent dans la rue et sur Internet. Il est grand temps pour les gouvernants africains, de mettre en place de véritables politiques d'assainissement des systèmes sanitaires et d'approvisionnement de médicaments, afin de barrer la route à ces trafiquants qui vendent la misère à l'Afrique.

Elysée YAO

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Elysée Yao

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
 

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte