Santé : Les recommandations pour éviter l’épidémie de la fièvre de Lassa


Face à l’apparition de la fièvre Lassa qui sévit actuellement  dans certains pays de l’Afrique de l’ouest, Dr Raymonde Goudou Coffie,  ministre en charge de la Santé et de l’Hygiène Publique  a, dans un communiqué, alerté les populations ivoiriennes sur  le risque de propagation de cette maladie et fait des  recommandations afin de garantir une lutte plus efficace.

Après la fièvre à virus Ebola qui a fait de nombreuses victimes,  la fièvre de Lassa vient de  faire son apparition dans certains pays frontaliers de la Côte d’Ivoire faisant des morts dans des pays comme le Nigeria, le Benin, la Guinée. « A ce jour, la Côte d’Ivoire n’a enregistré aucun cas », a rassuré le communiqué.  Mais  au regard de la situation qui prévaut dans les pays affectés et le flux de mouvements des populations entre les pays de la sous-région, la Côte d’Ivoire n’est pas à l’abri d’un risque de propagation de la maladie.  Afin de garantir une surveillance efficace de cette maladie en Côte d’ Ivoire, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a rappelé  qu’en cas d’apparition de forte fièvre suivie de malaises généralisés, faiblesses et de douleurs musculaires, il est recommandé de se rendre immédiatement dans  le centre de santé le plus proche.

 La fièvre Lassa est en effet  transmise à l’homme par contact avec des aliments ou des articles ménagers contaminés par les urines ou les excréments d’une souris (Mastomys natalensis) communément appelée « rat à mamelles multiples ». Le virus peut également se transmettre d’homme à homme par contact direct avec le sang, les urines, les excréments ou autres sécrétions organiques d’une personne contaminée. Ajoutant que  cette maladie est responsable d’épidémies surtout dans la région Ouest Africaine.  Elle se manifeste par un syndrome pseudo grippal avec une fièvre élevée associée à des céphalées, des nausées et vomissements, une fatigue intense et peut se compliquer d’hémorragies mortelles. Ses symptômes sont très variables et non spécifiques, ce qui rend souvent difficile le diagnostic clinique aux premiers stades de la maladie, d’où la nécessité absolue du diagnostic biologique effectué dans un laboratoire de référence pour la confirmation de tout cas suspect.

                               Quelques pratiques d’Hygiènes à Observer

- Laver à l’eau propre et au savon tous les ustensiles de cuisine et les conserver à l’abri des rongeurs. Il s’agit entre autre ;
- éloigner des habitations les ordures ménagères et déchets de toute nature ;
- éviter toute manipulation ou consommation de rongeurs ;
- éviter tout contact avec les urines et les excréments des rongeurs ;
-éviter de manipuler sans protection les sécrétions organiques (sang, urine, etc.) de tout malade présentant une fièvre avec ou sans saignement ;
- lutter contre la présence des rongeurs dans les lieux d’habitation et tout lieu recevant du public (hôtels, restaurants, maquis, etc.) »

 Jean Kelly Kouassi (Stg)

Jean Kelly KOUASSI (Stg)

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte