Lancement des séminaires mensuels de la CIRES: Le secteur de la santé à l’honneur


Le CIRES a procédé au lancement des seminaires mensuels de 2018

Le Centre Ivoirien de Recherches Économiques et Sociales (CIRES) a procédé au lancement de ses séminaires mensuels dans ses locaux, ce jeudi 24 mai 2018. Ce fut l’occasion pour le directeur du centre, Dr Diarra Ibrahim, de présenter les thèmes à développer sur, le secteur de la santé en Côte d’Ivoire.

Le lancement des séminaires mensuels du Centre Ivoirien de Recherches Économiques et Sociales (CIRES) a eu lieu, ce jeudi 24 mai 2018, a son siège dans la commune de Cocody devant des représentants des institutions publiques, privées, internationales et des ONG.

Ce centre de recherche, consciente du lien entre santé et croissance économique, a dédié, sa première session de l’année 2018 au secteur de la santé. Pour le directeur de la CIRES, Dr Diarra Ibrahim, la santé est le départ de toute action productive, car, sans elle, il ne peut y avoir d’accroissement de la productivité au travail et pas de production optimale.

Aussi, pour la session ouverte, trois présentations ont été mises en exergues. A savoir: ''La politique de santé en Côte d’Ivoire''; ''Étude comparative de la motivation des professionnels de santé, dans les structures sanitaires publiques et privées» et ''Macroéconomique déterminants of health crises in Subsaharan Africa''.

Intervenant pour la deuxième présentation, Mme Koffi Kouakou Bla Yolande, doctorante des Sciences économiques et Gestion de l’Université Félix Houphouet Boigny, a fait savoir
qu’il existait, une démotivation et une démission totale des professionnels de santé dans les établissements de santé publics. « Une attitude totalement contraire, dans les établissements privés», a-t-elle laissé entendre.

A l’en croire, les travaux de recherches et d’enquêtes menés auprès des responsables et du personnel de santé ont démontré que la rémunération apparaissait comme le véritable facteur le plus motivant pour les ressources humaines, dans les structures sanitaires. Ainsi, les agents du public étaient plus attitrés par le secteur privé à cause de la renumération.

Sans toutefois remettre en question les résultats des études, le docteur Ohouo Brou Samuel, directeur de planification au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique a indiqué que le plus important pour les agents de santé, c’est de pouvoir sauver des vies. Il a ainsi, mis l'accent, à son niveau, sur les conditions de travail. Même s'il reconnait aussi que « la question de la renumération est une question très importante».

Pour remédier à ce problème, il a souligné plusieurs expériences pilotes en cours, au nombre duquel le projet de financement basé sur la performance qui a lieu dans les districts et régions sanitaires en Côte d’Ivoire. Selon lui, ce projet a pour objectif d’avoir une action importante significatif sur l’amélioration de la qualité des soins tout en résolvant la question de la motivation du personnel. 

Pour conclure il a souligné que, la volonté de la ministre de la Santé et de l'Hygiène publique, Goudou Koffi Raymonde est de mettre tout en œuvre pour l'améliorationde la qualité des soins en Côte d’Ivoire.

MELEDJE Trésore

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte