Sexualité : Attention, la malbouffe affecte la fertilité masculine


20/07/2019
Sexualité : Attention, la malbouffe affecte la fertilité masculine

Une étude suggère que les hommes dont l'alimentation est composée de produits industriels ont un nombre de spermatozoïdes plus faible que ceux qui mangent des aliments plus frais. Et cela pourrait être irréversible.

Les études menées sur le sujet font état d'une baisse globale de la fertilité inquiétante. Les dernières en date montraient que le nombre de spermatozoïdes a progressivement diminué chez les hommes durant ces dix dernières années. À travers leurs nouvelles recherches, des chercheurs américains et danois dirigés par l'Université de Harvard (États-Unis) pensent avoir identifié l'un des facteurs qui expliquerait cette crise croissante de la fécondité : la malbouffe. Leurs résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle de la Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE) qui se tenait du 23 au 26 juin à Vienne (Autriche), et relayés par The Independent.

25,6 MILLIONS DE SPERMATOZOÏDES

Les scientifiques ont analysé les échantillons de sperme d'environ 3 000 hommes âgés de 19 ans en moyenne. Ils ont tous subi un examen médical de routine, avant de rejoindre les forces armées danoises pour leur service national. Ils ont également répondu à un questionnaire sur leur régime alimentaire, permettant aux chercheurs de les regrouper en quatre catégories : ceux ayant une alimentation équilibrée (abondance de poissons, viandes maigres, fruits et légumes), les végétariens, les adeptes du régime scandinave (viandes, céréales complètes, poisson froid et produits laitiers) et enfin les consommateurs de viandes rouges, plats cuisinés et fast-foods - soit le régime dit "occidental".

Au final, les échantillons du dernier groupe avaient le nombre de spermatozoïdes moyen le plus faible, avec 25,6 millions par éjaculat. Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), un échantillon fertile en contient au moins 39 millions. En dessous, un homme peut avoir du mal à concevoir naturellement. "Il est presque certain que cela revient à dire que ceux qui ont une meilleure alimentation consomment plus d'antioxydants, a expliqué au journal britannique le professeur Allan Pacey, expert en fertilité à l'Université de Sheffield (Royaume-Uni). Avec les pizzas, les chips et la viande rouge, nous savons que le stress oxydant augmente, ce qui est mauvais pour le sperme."

UN CHANGEMENT DÉFINITIF ?

Les spermatozoïdes ont une durée de vie d'environ trois mois. Un changement d'alimentation pourrait donc permettre rapidement à la production de sperme de se rétablir. Toutefois, l'étude a également révélé que les hommes adeptes du régime occidental présentent aussi des concentrations plus faibles d'une hormone, appelée inhibine-B. Cela pourrait indiquer une altération des cellules de Sertoli, dont la fonction est de produire les gamètes. "Nous craignons qu'une mauvaise alimentation plus jeune dans la vie apporte un changement durable", a développé l'expert.

 

Adolphe Angoua

Source : topsante.com

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

1 | 2