Côte d'Ivoire: Un syndicat de médecins lance ses activités


07/10/2019
Côte d'Ivoire: Un syndicat de médecins lance ses activités
Le Sycamci lance ses activités.

Le Syndicat des Cadres Médicaux de Côte d'Ivoire (Sycamci) a organisé le samedi 05 Octobre 2019, une conférence de presse, dans le cadre du lancement de ses activités, à l'Ufr des sciences médicales de l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan-Cocody.

Le samedi 05 Octobre dernier, s'est tenue, à l'Ufr des sciences médicales de l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan-Cocody, une conférence de presse pour le lancement des activités du syndicat des cadres médicaux de Côte d'Ivoire (Sycamci).

Créé le 21 avril 2019, le Sycamci est un syndicat autonome, indépendant et apolitique des professionnels de la santé de Côte d'Ivoire qui regroupe quatre corporations des secteurs publics de la santé (médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes et vétérinaires). Il a pour missions de lutter pour la défense des libertés syndicales, de soutenir ou dénoncer toutes actions conformes ou contraires aux intérêts de ses membres. Aussi, il œuvre pour l'instauration d'un système de santé de qualité et performant au service des populations et du personnel en collaboration avec les autres partenaires de la santé. Le syndicat fait également la promotion du social et veille à l’application des décrets et arrêtés signés en faveur du personnel du secteur de la santé.

Lors de ce lancement, le secrétaire général, Dr Seka J. Didier a indiqué que le Sycamci se veut, non pas un adversaire des autorités administratives et sanitaires, mais un partenaire social qui privilégie le dialogue productif. Il a signifié que depuis quelques années des avancées conséquentes ont été observées en direction des personnels de santé cependant, faute est de constater que certains problèmes demeurent.

Selon lui, ces problèmes sont : le reversement des primes d'incitation aussi dérisoires qu'instables, le coût inamovible de l'indice salarial, la persistance non opportune de certains prélèvements sur les salaires de formation des fonctionnaires (contribution nationale, impôt sur revenu et impôt sur salaire) et le décalage important entre l'admission aux concours professionnels d’accès aux grades supérieurs et la pris en compte financière.

À cet effet, il sollicite l’État de Côte d'Ivoire d'approfondir la réflexion sur ces points cités et d'autres tels que : la disponibilité d'un matériel de qualité et entretenu de façon régulière, la protection continue et efficace des personnels de santé sur leur lieu d'exercice et la mise en place de mesures incitatrices trimestrielles à l'instar des régies financières et de certains ministères.

« Je puis vous rassurer, chers autorités et partenaires, au nom du Sycamci, que nous cadres de la santé demeurons à votre disposition » a signifié Dr Seka, en remerciant le Ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique pour ses efforts accrus envers les populations, dans le cadre de ses missions et bien au-delà.

Le secrétaire général a tenu à préciser que le Sycamci souscrit pleinement au projet de la CMU, qui est une initiative profitable à toute la population vivant en Côte d'Ivoire et s'engage à œuvrer pour la réussite dudit projet.

 

Josée BOUAFFOU (Stg)

 

1 | 2

 

Videodrome