Lutte contre la prolifération d'armes légères: 26 324 armes marquées et 6336 munitions détruites


Plusieurs armes ont été marquées sous le regard des partenaires et acteurs du ComNat-Alpc. (Ph DR)
Une importante cérémonie de marquage et de destruction d'armes légères de petit calibre a eu lieu, jeudi 7 avril, à l'Ecole nationale de police d'Abidjan.

Organisée par le Comité de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat-Alpc), la cérémonie a permis de faire le point des armements collectés et détruits, pour certains. Luc Grégoire, directeur résident du Programme des nations unies pour le développement (Pnud), partenaire du ComNat, a indiqué que 26.324 armes, dont plus de 95 % pour la police, ont été marquées. Parmi ces armes, 8000 ont été détruites, ainsi que 6336 munitions. Le diplomate onusien a relevé l'importance de la lutte contre les armes légères, au moment où le terrorisme gagne du terrain. «Il y a incontestablement un lien entre la lutte contre la prolifération des Alpc, la réduction de la violence armée et la lutte contre le terrorisme qui est désormais parmi les priorités du gouvernement ivoirien...», a dit Luc Grégoire. Pour sa part, le général Nebout, représentant le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko, a affirmé que la prolifération des armes légères et de petits calibres est un grand handicap mondial. «La prolifération et la circulation illicite de ces armes sont un réel danger. Elles menacent notre sécurité, notre économie et notre développement», a-t-il dit. Quant à Kouadio Yao, préfet hors hiérarchie et président du Comité de lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petit calibre (ComNat-Alpc), il a affirmé que la prochaine étape de sa mission sera de marquer ou détruire les armes collectées auprès des civils. «Après le marquage et la destruction des armes de nos forces de défense, nous passerons aux civils. Ils nous faut tracer les armes, éliminer celles devenues inutilisables, pour ne pas qu'elles servent à d'autres fins». Le Japon, principal financier du programme de lutte, s'est réjoui de participer à la paix en Côte d'Ivoire.

César DJEDJE MEL

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte