Gnaliépa

Emeutes dans le village de la mère de Gbagbo : Ce qui a mis le feu aux poudres


Gnaliépa, village situé à quelques kilomètres de Ouragahio a vécu des moments chauds samedi 24 juin dernier, après qu'un présumé sorcier du nom de Ligro Zoro dit Yabé a été démasqué par certains de ses complices.

Il est tenu pour responsable des décès de plusieurs cadres, fils et filles du village. A notre passage mardi à Gnaliépa, la tension était encore vive. Une résidence à moitié détruite continuait de subir l’acharnement des jeunes sous l’effet de la colère. Ceux-ci armés de gourdins, s'en sont pris à la bâtisse qui appartenait au présumé sorcier. Il en a été de même pour la baraque de son épouse et de son fauteuil roulant partis en fumée. Mais comment est-on arrivé à cette situation malencontreuse qui vient perturber la quiétude dans le village d’enfance de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo ? Selon des informations recoupées sur place, tout est parti de la confession d’une sorcière repentie. Cette jeune fille de 13 ans à qui nous attribuons les initiales B.L. a dévoilé toutes les pratiques de sorcellerie qui avaient cours dans cette bourgade. Cette élève au lycée municipal de Ouragahio, a craché le morceau après avoir buté sur une mission qu’elle devait exécuter sur l’un de ses oncles.

Face à des hommes de Dieu devant lesquels elle devait se repentir pour être délivrée, elle a fait de graves aveux. « Samedi 17 juin dernier, nous étions à la maison lorsqu’un oncle nommé Aboussou m’a envoyé tuer en sorcellerie un autre oncle appelé Koudou Vaté. Quand je suis arrivée chez lui, j'ai buté sur une croix de Jésus. Je me suis retournée, j’ai commencé à saigner du nez. Le lendemain dimanche, j’ai accompagné ma mère au champ, le sang coulait abondamment. Je suis repartie chez l’oncle en question et le sang a cessé. Ma mère qui était inquiète de mon état, m’a donné des médicaments traditionnels pour les mettre dans mes narines. La situation a empiré. Je saignais du nez, de la gorge.  On m'a transportée à l’église et les hommes de Dieu m’ont demandé de me confesser. Ce que j’ai fait », a-t-elle avoué. B.L va plus loin. « Certains membres de la confrérie, pour la plupart des enfants âgés de 04 à 06 ans, sont également passés aux aveux. Plusieurs parents se sont plaints de l’implication de leurs enfants dans la sorcellerie. «  Mon enfant a été initié à l’âge de 04 ans. C’est lui-même qui me l’a fait savoir. Il m’a dit que Liagro Zoro tue les gens dans le village. On ne pouvait pas dormir la nuit depuis que mon fils est entré dans la confrérie. On venait le chercher pour partir », s’est plaint un parent.

Pour les jeunes du village, Liagro Zoro doit payer pour les misères faites au village. Ils se sont alors mis à saccager sa maison et celle de sa femme. Plusieurs autres maisons ont été détruites dans la foulée. Informé, le président du Conseil régional du Goh, Joachim Djédjé Bagnon, s'est rendu sur les lieux pour s’imprégner de la situation et recommander aux jeunes de Gnaliépa de laisser la justice faire son travail. Surtout que les autorités, la gendarmerie surtout avaient été saisies. Selon leur porte-parole, justice doit être rendue. « À cause des sorciers, nos frères ont peur de venir au village. Il y a trop de décès. Ceux qui ont fait le mal doivent payer », a-t-il lâché.

Le chef du village Liagro Thomas a exprimé son soutien indéfectible aux jeunes. Notons que le présumé sorcier, dès les premières heures de l’éclatement de l’affaire, s’est enfui avec toute sa famille pour échapper à un lynchage.

 

Venance KOKORA à Gagnoa

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.


Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte