Tension dans le secteur de la conservation mortuaire en Côte d’Ivoire : Les responsables de Sipofu auditionnés


photo d'archives

Les experts de l’Union économique monétaire ouest africaine (Uemoa) qui ont été saisis, depuis le mois de mars 2017, ont entamé leurs enquêtes dans le secteur de la conservation mortuaire en Côte d’Ivoire, le mardi 8 août 2017, comme nous l’annoncions.

En effet, selon nos sources, le premier jour de leur prise de contact les a conduits au ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, précisément à la Direction de la décentralisation, « afin de s’enquérir des réalités sur le fonctionnement et les autorisations dans le secteur mortuaire ». Après ce jour, ils ont débarqué, le mercredi 9 août 2017, dans les locaux de la Société ivoirienne de pompes funèbres (Sipofu) à Yopougon, au Pk 17, sur l’axe Abidjan-Dabou. Les informations font état de ce que les experts de l’Uemoa ont demandé les documents légaux de fonctionnement de ladite entreprise.

A relire: Les sociétés de pompes funèbres annoncent une grève de la faim

Par ailleurs, ils se sont fait expliquer le travail dans le secteur, et surtout les difficultés rencontré dans l’exercice de la fonction. En tout cas, ces experts ont pris beaucoup de notes, et reçu des copies de documents légaux. Sauf changement de programme, ils devraient être, aujourd’hui jeudi 10 août 2017, dans les locaux des Pompes funèbres générales d’Afrique (Pfga), à Marcory zone 4.

Depuis le mois de mars 2017, Sipofu a saisi l’Uemoa, relativement à des pratiques concurrentielles illégales dans le secteur de la conservation mortuaire en Côte d’Ivoire.

 

M’BRA Konan

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte