Tragique : la fête nationale s'achève dans le sang à Buyo

• Un mort et plusieurs blessés
Photo d'illustration

La fête du 7 août 2017 à Buyo, célébrée avec faste dans la localité de Dapéoua, a été émaillée de faits tragiques qui ont entaché cette célébration marquant le 57ème anniversaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire.

De fait, c'est la localité de Dapéoua qui a été désignée cette année, pour accueillir la fête. Les populations venues de toutes les contrées du département, ont afflué dans cette localité. Dans l'euphorie, Sawadogo Salif, un ressortissant du village de Logbozoa, a décidé d'emmener, sur sa moto de type Ktm, son frère aîné Sawadogo Noaga dit Alassane, né en 1954, et sa jeune épouse âgée de 22 ans, Sawadogo Sahibata.

Alors qu'ils étaient à 500 mètres du lieu de la cérémonie, ils ont été percutés par une autre moto de même marque, conduite par le président des jeunes du village de Gribouo. Sawadogo Salif et ses passagers ont donc fait une violente chute. Ils ont été évacués au Centre de santé urbain de Dapéoua. L'infirmier traitant, Gooré Bi Thomas, a décelé chez la jeune dame, un traumatisme au niveau de la jambe gauche, et chez son mari, Sawadogo Salif, une fracture à la jambe gauche. Le frère aîné de celui-ci, Sawadogo Noaga, n'a pas eu plus de chance.

L'infirmier n'a repéré aucune fracture sur l'accidenté, mais a ordonné son évacuation tout comme les autres, sur l'hôpital général de Buyo. Finalement, Sawadogo Noaga, père de 7 enfants, a rendu l'âme. Les populations qui ont fait massivement le déplacement de Dapéoua étaient encore sous le choc, lorsqu'elles ont appris que le jeune Gnanka Claver, né en 1988 dans le village de Belle ville, a chuté d'un véhicule en marche, se blessant sérieusement aux aux coudes, au dos et aux fesses.

Conduit à l'hôpital, il baignait dans son sang. Toutefois, il faut le noter, la fête a suivi son cours. Le préfet de Buyo, Djè Bi Djè Achille, a rappelé aux populations, les efforts consentis par le gouvernement pour assurer leur sécurité et pour leur offrir des meilleures conditions de vie et de travail. Il a exhorté les producteurs de cacao à suivre les recommandations des techniciens de l'agriculture, pour éviter la perte de leurs plantations, dans cette période déjà marquée par la crise du café-cacao. Il a décrié le phénomène de l'orpaillage clandestin, rappelant que c'est une pratique interdite par l'État de Côte d'Ivoire. Djè Bi Djè a salué les résultats obtenus au Bac, au Bepc et au Cepe pour l'année académique 2016-2017. Un défilé géant a mis fin à la cérémonie.

 

T. Mario (Correspondant régional)

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte