Manifestations contre les frais annexes de scolarité: Des parents d'élèves en colère contre la RTI


20/09/2017
Manifestations contre les frais annexes de scolarité: Des parents d'élèves en colère contre la RTI
DR

Les parents d'élèves réunis au sein du Collectif des Parents d’Elèves et d’Etudiants de Côte d’Ivoire (COPEECI) se disent indignés suite au black-out fait par la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) sur leur déclaration relative aux frais annexes de scolarité qui paralysent la rentrée scolaire.

A l’instar de la nation entière, le COPEECI suit avec beaucoup d’attention, la grève générale lancée par la Fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui paralyse l’ensemble des établissements primaires, secondaires et universitaires. Les parents d'élèves s'étonnent que le Gouvernement Ivoirien, en dépit de la justesse des revendications légitimes des Etudiants, refuse de les réunir autour d’une table afin de trouver des solutions adéquates par voie de dialogue. 
Pire, nous notons des cas de répressions drastiques et d’arrestations injustes des étudiants qui manifestaient les mains nues. 

« Au vu de cela, nous parents d’élèves de toutes les couches sociales ivoiriennes réunis au sein du COPEECI, condamnons les inscriptions anarchiques instaurées par les Coges en violation flagrante de la constitution ivoirienne; dénonçons cette force de parafiscalité dont les victimes sont les parents d’élèves déjà essoufflés par la crise financière qui frappe tous les ménages ivoiriens ; invitons la ministre de l’Education nationale à s’expliquer devant la nation sur l’inscription en ligne et la finalité des moyens qu’elle nous impose », martèle le Collectif.

Qui dénonce le fait que certains parents d’élèves et d’étudiants, en complicité avec le gouvernement, ont fait une déclaration le lundi 18 Septembre 2017 sur les antennes de la RTI pour décrier les points de revendications et les manifestations organisées par ''nos enfants''. « Nous, COPEECI, déclinons toute responsabilité vis à vis de cette déclaration et mentionnons que nous ne nous reconnaissons point en ces personnes. C’est pourquoi, nous dénonçons la RTI qui a refusé de diffuser notre déclaration parce qu’elle n’allait pas dans le sens de la vision de Madame la ministre de l’éducation nationale », s'indignent les parents d'élèves.

Dans ses revendications, la FESCI réclame la restauration de la session de remplacement pour les examens à Grand Tirage et la suppression des frais annexes exorbitants dans les lycées et collèges et même dans nos établissements primaires. « Nous demandons au gouvernement de libérer tous nos enfants arrêtés et à soigner le plus rapidement les blessés et ceux qui ont inhalé le gaz lacrymogène périmé. Nous invitons Mme la ministre à ne pas oublier qu’elle est aussi une mère de famille et qu’elle devrait de soucier de l’avenir de nos enfants et de la nation entière », conclu le COPEECI.

David YALA

David YALA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome