Burida : Les écrivains sensibilisés et formés sur leurs droits


Ph DR

L’Association des écrivains de Côte d'Ivoire (AECI) a pris part à un atelier d'information et de sensibilisation sur la gestion des droits de reproduction par reprographie pour les écrivains de Côte d’Ivoire à Abidjan le vendredi 22 septembre 2017.  Cet atelier a été organisé par le Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) en collaboration avec la Fédération Internationale des Organisations de Gestion des Droits de Reproduction (Ifrro).

L’objectif de cette rencontre a été d'informer et sensibiliser les auteurs d’œuvres littéraires sur leurs droits et les avantages qu’ils peuvent tirer de la gestion collective des droits de reproduction par reprographie.  

Pour Mme Irène Assa Vieira, Directrice Générale du BURIDA, initiatrice de l’atelier, les acteurs de l’enseignement supérieur seront d’un bon apport dans la mise en œuvre effective de la gestion collective des droits de reproduction par reprographie. « L’un des aspects de la gestion de ces droits portant sur les actes de reprographie, nous avons tenu à associer les décideurs et acteurs clés du système de l’enseignement supérieur et de l’éducation car leur appui dans la phase opérationnelle du projet sera extrêmement déterminant », a-t-elle déclaré.

À lire cet article : Burida : Un atelier de formation bientôt organisé pour les écrivains

Elle a par ailleurs apprécié l’engagement et la participation des écrivains à cet atelier dont l’objectif est de renforcer davantage la coopération entre auteurs et la société de gestion collective qui est la leur. Aussi, pour mieux connaître et clarifier le cadre législatif et règlementaire qui permet la gestion collective en Côte d’Ivoire, et la place des auteurs en Côte d’Ivoire, échanger sur le rôle et la place des associations d’auteurs.

À lire aussi : En visite de travail à Abidjan : Ce que des comoriens et centrafricains disent du Burida

Paul-Marie Koffi Kossonou, représentant le ministre de la Culture et de la Francophonie, a félicité les organisateurs de la présente plateforme, en indiquant que cette activité de formation et de sensibilisation s'inscrit dans la vision du ministre. Puis d’ajouter que la protection et la jouissance des droits de propriété littéraire et artistique sont inscrites au cœur de la politique culturelle nationale. « Le ministre de la Culture et de la Francophonie s’emploie activement à ce que tous les textes d’application de cette nouvelle loi soient pris, dont celui relatif à la rémunération pour reproduction par reprographie  (…) De nombreuses actions sont en cours de finalisation pour que la rémunération pour reproduction par reprographie soit une réalité en Côte d’Ivoire » a-t-il confié.

Lire aussi cet article : 214 députés sur les 255 doivent la somme de 240 200 000 FCFA au Burida : Les artistes ont décidé de se faire entendre à l’hémicycle

Faut-il le rappeler, cet atelier fait suite à celui organisé en mai 2016 par le Burida avec l’appui technique et financier de l’IFRRO et en partenariat avec l’Association des éditeurs ivoiriens (Assedi), à l’attention des éditeurs d’œuvres littéraires.

 

Philomène Yaï (Stg)

Linfodrome.ci

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte