Abidjan

Abou Karamoko (Pdt de l’Université FHB) à propos de la grève des enseignants : « L’Etat a payé plus de 2 milliards déjà »

Johnson Kouassi Zamina (Sg Cnec) : « Tant que nous n’avons pas les preuves, nous resterons sceptiques »
Le Professeur Abou Karamoko, président de l'Université Félix Houphouet Boigny

Le président de l’Université Félix Houphouët Boigny  d’Abidjan-Cocody, Abou Karamoko, s’est prononcé sur la grève des enseignants qui réclament le paiement des arriérés de primes d’heures supplémentaires pour l’exercice 2015-2016.

Le président de l’Université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan-Cocody, Pr Abou Karamoko, a fait une intervention relativement à la « grève illimitée » décrétée, le mardi 12 décembre 2017, par les enseignants de ladite Université qui réclament le paiement d’arriérés de primes qui leur sont dues depuis l’exercice 2015-2016. Il estime qu’il ne s’agit que d’un léger retard pour des paiements qui étaient promis en juin dernier et que les derniers versements de l’Etat sont sur le compte de l’Université depuis vendredi. « C’est un arrêt de travail qui est dû à une impatience. C’est vraiment une impatience parce que l’Etat a payé les heures complémentaires de plus de 2 milliards déjà. Il ne reste plus que 2 UFR. C’est pour cela que je parle d’un léger retard », a-t-il confié à RFI.

Mais selon le confrère de la « Radio Mondiale », ce jeudi matin (le jeudi (14 décembre 2017 : ndlr), les virements n’étaient toujours pas effectués sur le compte des enseignants. Le mouvement de grève risque donc de se poursuivre.

Johnson Kouassi Zamina, secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants et chercheurs de Côte d’Ivoire (Cnec), ne dira pas le contraire. Interrogé à son tour, il a déclaré que « Tant que nous n’avons pas de preuves que le paiement de la somme qui est sur papier en exécution, alors nous restons encore sceptiques ».

Les enseignants réclament le paiement d’heures complémentaires pour l’exercice 2015-2016, l’équivalent de 873 millions de francs cfa près d’un 1,5 millions d’euros qui n’ont toujours pas été payés par l’Etat pour quelque 2 300 professeurs.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte