Décharge d'Akouédo : Voici ce que les jeunes veulent faire


Le comité de suivi du protocole d'accord de la décharge, composé des membres de la chefferie et le comité de veille, de vigilance et d'hygiène renfermant les jeunes du village d'Akouédo ont échangé, le mardi 26 décembre 2017, de 10h à 15h.

A la chefferie où la rencontre s'est déroulée, les membres des deux entités se sont dit des vérités. Selon Paulin Aguédé, porte-parole du comité de veille, de vigilance et d'hygiène, il n'est plus question de fermer les yeux sur l'épineux problème que représente la décharge d'Akouédo. Pour lui, il faut définitivement tourner la page de ce dépôt sauvage en le fermant pour de bon.

«  Nous disons que trop, c'est trop. Il est maintenant temps qu'un minimum d'égard soit accordé aux villageois et qu'on tienne compte de leur souffrance. Depuis des décennies, le village souffre des effets néfastes de la décharge.Très souvent, les gens parlent de façon superficielle en tenant des propos tels que :il faut donner telle chose à Akouédo pour les calmer et leur distribuer des gadgets. Ils ont l'impression que c'est cela l'essentiel. Mais ils se foutent le doigt dans l’œil. L'impact de la décharge sur la vie des villageois au quotidien est énorme. On oublie la nappe phréatique qui est atteinte, les questions de santé sur les populations… A Akouédo, il y a beaucoup de cas de cancers de la gorge, de la peau, etc. Mais des personnes ont tendance à les mettre sur le compte de la sorcellerie ou des sorts jetés à des gens pour les tuer ou noircir leur destin. Mais à observer de prés, ces maladies sont liées aux effets néfastes de la décharge », a souligné Paulin Aguédé.

C'est donc au vu de ce constat que les villageois ont applaudi l'annonce faite par le gouvernement de fermer la décharge, pour la fin de l'année 2017. Mais de plus en plus, a expliqué le porte-parole, ils sont gagnés par l’inquiétude vu l'allure que prennent les choses. Au lieu de mettre à exécution le plan de fermeture décidé par le gouvernement lui-même, c'est à une réunion que la chefferie a été conviée, la semaine dernière, pour lui expliquer la nouvelle vision du Président de la République et de celle du Premier ministre Gon Coulibaly. «Au terme de la rencontre, nos inquiétudes se sont amplifiées. Il leur a été fait cas du choix d'un nouvel opérateur dans le cadre de la réhabilitation de la décharge. Le langage a complètement changé. On ne parle plus de fermeture mais d'une réhabilitation en vue de donner un nouveau visage à la décharge», a confié le porte-parole du comité de veille, avant de préciser qu'il y a tellement de choses qui se passent autour de la décharge que les villageois ne comprennent plus rien.

Ils se perdent également en conjecture, a-t-il dit, sur la gestion actuelle de la décharge. Car, en plus de n'avoir pas obtenu de réponses concrètes sur l'effectivité de la fermeture de la décharge à la fin de cette année, a renseigné le porte-parole du comité de veille, ils ont appris que l'ancien opérateur, le groupe Pisa Impex, s'est fait remplacer par le groupe Pierre Fakoury-Pfco. Pour le porte-parole du comité de veille, ce flou artistique ne saurait prospérer cette fois-ci. Le village, a-t-il souligné, a fait assez de sacrifices et les jeunes n'attendent que le gouvernement mette en application sa décision de fermer la décharge à la fin de l'année 2017. En plus de la fermeture, M. Aguédé a laissé entendre qu'Akouédo veut co-gérer le projet de réhabilitation de la décharge. Il n'est plus question, a-t-il prévenu, de tenir le village loin de ce programme qui doit logiquement permettre aux populations d'Akouédo de vivre dans un environnement sain.

 

Elysée YAO

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Elysée Yao

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte