Chu de Yopougon : Un sapeur-pompier militaire tabasse un médecin interne


Un médecin interne exerçant au Centre hospitalier universitaire (Chu) de Yopougon a passé un mauvais quart d'heure. Il a été copieusement tabassé par un agent des sapeurs-pompiers.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du lundi 1er au mardi 2 janvier 2018, aux urgences du Chu de Yopougon. De quoi retourne cette bastonnade ? Selon les informations, il est minuit passé de quelques minutes, quand des sapeurs-pompiers transportant un homme, pénètrent dans la salle des urgences du Chu. Ils demandent que le patient soit pris en charge immédiatement. Ne disposant plus de place, à cause des nombreux malades et autres blessés, du fait de la fête de fin d'année, le médecin interne demande aux soldats du feu de se référer à un autre Centre de santé, pour une prise en charge adéquate. Surtout que, laissé traîner un patient à même le sol est considéré, en droit, comme une violation de la dignité humaine. C'est l'erreur que le médecin interne ne devrait pas commettre.

A lire aussi: Hôpital général d'Abobo sud/ Une sage-femme tabassée

Aussitôt, selon toujours notre source bien introduite, l'un des fonctionnaires du « feu » se détache du groupe, et roue de coups le médecin interne. N'eût été l'intervention des parents de certains malades, le praticien allait, lui-même, se retrouver aux urgences. C'est donc un peu escamoté qu'il est sorti des griffes de l'agent des sapeurs-pompiers. Quelques instants après la bastonnade et le départ des hommes du feu, c'est sous le regard médusé du médecin molesté, que le patient transporté, par lequel le scandale est arrivé, a pris la direction de la sortie. Il aurait, selon notre source, refusé de se faire enregistrer.

De fait, l'on s'est rendu compte qu'il ne s'agissait pas d'un cas d'urgence mais plutôt d'un homme qui avait trop levé le coude. Les sapeurs-pompiers qui l'ont retrouvé étendu de tout son long en bordure de route, avaient pensé qu'il était dans un état critique, au point de l'évacuer au Chu de Yopougon. La suite, on la connaît. La ministre de la Santé et de l'hygiène publique, Raymonde Coffie Goudou, qui s'est rendue dans le Centre de santé, a ramené le calme au niveau du personnel qui avait momentanément arrêté le travail. Au dire de notre source, les responsabilités seront situées en vue de la prise d'une décision.

 

Elysée YAO

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Elysée Yao

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte