Vacances de Noël et du Nouvel an anticipées : Des chefs d’établissement débarqués

Des élèves radiés, plusieurs autres exclus

Les élèves ont manifesté violemment dans les rues et écoles, pour anticiper les vacances de Noël et du Nouvel An, prévues du vendredi 22 décembre 2017, après les cours du soir, au mercredi 3 janvier 2018 inclus

Mais à présent, le compte à rebours a commencé. De fait, la ministre de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle (Menetfp), Kandia Camara, ne fait pas dans la dentelle. Selon nos sources, une douzaine de chefs d’établissement jugés amporphes ou qui sont accusés d’avoir implicitement encouragé les mouvements des élèves viennent de tomber. Ils ont perdu leur poste. ‘’ Ils ont été mis à la disposition de la Direction des ressources humaines'’, nous a appris une source proche du centre de décisions au Menetfp, jointe par téléphone, le dimanche 14 janvier 2018.

Concernant les élèves par qui les sanctions sont arrivées, ils sont, pour l’heure, deux (2) à être radiés, sur toute l’étendue du territoire national pour avoir porté main à des enseignants. 52 autres sont temporairement exclus pour 10 ou 15 jours, selon la gravité de leur implication dans les soulèvements. ‘’ Des cas nous ont été signalés. Mais nous menons des investigations. Nous ne voulons pas que ce soit un règelement de compte. Ce n’est pas parce qu’on nous a saisis qu’on sanctionne, du coup.

A lire aussi: Vacances anticipées/ Une patrouille de Police attaquée, un officier grièvement blessé

Les sanctions sont individuelles'’, nous a-t-on informé. Pour l’un des élèves définitivement exclu à Hiré, par exemple, où un enseignant a été blessé, les enquêteurs ont interrogé l’élève formellement identifié comme étant le porteur du coup fatal qui aurait conduit ses camarades pour une tentative de descente au domicile du professeur pour un saccage. Ils ont également posé des questions aux autorités administratives et à l’enseignant. ‘’ Il faut dire que les cas dont nous avons été saisis ne concernent pas ceux qui ont été pris en flagrant délit et qui font l’objet de poursuite judiciaire. En dehors de la justice, nous ne voulons pas de perturbateurs dans nos écoles. Ils pourront subir également des sanctions disciplinaires'’, nous a-t-on confié.

Rappelons que deux semaines avant les vacances de Noël et du Nouvel an, des élèves, estimant très courte, une semaine de repos, délogeaient leurs homologues dans des établissements. Ils entendaient ainsi procéder pour avoir une semaine supplémentaire de vacances. Mais le Menetfp n’a pas cédé.

 

Dominique FADEGNON

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Dominique Fadégnon

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
Shutterstock.com INT
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte