Assassinat du petit Bouba : Des révélations troublantes sur le présumé meurtrier

« C'est un abonné aux sacrifices rituels »
Comment il a voulu tuer son propre enfant et celui de son frère

Le fait continue de susciter colère et indignation. Traoré Aboubacar Sidick, dit '' Bouba'', garçonnet de 4 ans, enlevé, égorgé, vidé de son sang et enterré derrière le Chu de Cocody-Angré.

Le présumé auteur de ce crime, Sagno Etienne, est un bijoutier de 27ans, originaire d'un pays voisin. Ce petit garçon est ainsi arraché brutalement à l'affection des siens, samedi 24 février 2018. La famille éplorée à qui nous avons rendu visite hier, mercredi 28 mars 2018, est encore sous le choc.

4 jours après ce crime, la douleur et la désolation se lisent toujours sur les visages des parents, amis et connaissances, venus soutenir la famille du môme assassiné. Une solidarité exprimée à travers la grande mobilisation constatée dans la matinée d'hier mercredi. Des femmes attristées sont assises au rez-de-chaussée de l'immeuble, tout comme à la terrasse du deuxième étage et à l’intérieur de l'appartement de la famille de la victime. Elles témoignent ainsi leur solidarité à la jeune maman affectée par la brusque disparition de son fils. Un autre enfant aperçu à ses côtés, apprend-on, est le frère cadet du défunt. Tenant un biscuit en main, ce bambin n'a certainement pas conscience de ce qui est arrivé à son aîné, Bouba. Le chef de famille est absent. « Mon époux est en train de faire des courses pour l'inhumation », déclare la mère de la victime.

Plus tard, des langues se délient et font des révélations troublantes sur le comportement du bijoutier présumé assassin et de son ambition démesurée de vouloir, par tous les moyens, devenir riche. Des sources proches du dossier confient que M. Sagno est bien connu des fichiers de la police. « C'est un abonné aux sacrifices rituels. Il a tenté à deux reprises d'ôter la vie à d'innocents enfants. Aveuglé par l'envie de devenir riche, il a voulu tuer son propre enfant, alors même que celui-ci se trouvait encore dans le sein de sa mère », explique notre interlocuteur, bien au fait du dossier et qui semble bien connaître le bijoutier Sagno Etienne. Il ajoute que ce dernier aurait proposé à sa conjointe de faire un sacrifice rituel avec l'enfant dès sa naissance. Le but étant de devenir riche afin de vivre heureux. Cette dernière aurait refusé d’accéder à sa requête. Pour la faire plier, il l'a bat sauvagement. Sa copine saisit la police et dépose une plainte. Elle le quitte ensuite pour se réfugier au domicile de ses parents afin de mettre son fils à l’abri de toute menace de mort. N'empêche, à la naissance de son fils, Sagno Etienne, se rend au domicile de sa belle famille pour le récupérer dans l'optique d'accomplir son noir dessein. Il est freiné dans son élan, par ses beaux parents qui le passent à tabac, apprend-on. Mais l'homme ne s'arrêter pas là. Pour sa deuxième tentative, il cible l'épouse de son frère. Il aurait proposé à ce dernier de faire un sacrifice rituel avec l'enfant que son épouse s'apprête à mettre au monde. Cela, dans le but de toujours réaliser son funeste projet de faire fortune. Ce frère, qui ne voit pas les choses sous cet angle, porte plainte contre Sagno Etienne. Notre source confie qu'il a été entendu et relaxé, faute de preuve, et sur la base qu'aucun délit n'avait été commis. C'était l'erreur à ne pas commettre. Car deux mois plus tard, le bijoutier se donne les moyens de réaliser enfin son sacrifice. Si son propre fils et celui de son frère sont épargnés, le petit Bouba, lui, n'échappe pas. Ni la victime, ni ses parents ne peuvent s'imaginer que leur voisin, le bijoutier, est un loup au visage d'agneau. Il a su appâter le bambin et gagner la confiance de ses parents, se mettant ainsi à l'abri de tout soupçon. Comme d'habitude, le jour des faits, l'enfant est en sa compagnie. Le présumé assassin lui aurait offert des jus et des friandises avant de le conduire à la mort. Au moment où nous mettions l'information sous presse , la date de l'inhumation n'était pas encore connue.

 

Marcelle AKA

Marcelle Aka

|

  • SOURCE: L'inter
Previous ◁ | ▷ Next

Videodrome

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte