Confidences / Mamadou Gassama fait des révélations sur sa vie à Abidjan : « Je poussais brouette de piment et tomate à la gare d’Adjamé »


Mamadou Gassama, de la brouette à Abidjan au héro à Bamako après son exploit à Paris

Sur Radio Nostalgie, dans l'émission ''Rien à cacher'' du samedi 28 juillet 2018, Mamadou Gassama, le sans-papier malien qui a sauvé un enfant de façon héroïque en France, a fait des confidences sur sa vie passée à Abidjan.

Le destin a croisé son chemin. Sa vie est en train de changer depuis le samedi 26 mai 2018. Ce jour où il s’est illustré par cet exploit inédit il a sauvé un bambin en danger sur un balcon. Une image qui a fait le tour du monde et lui a valu de fréquenter des salons douillet de grands dirigeants, à commencer par le président français, Emmanuel Macron. Mamadou Gassama ne pouvait rêver ce qu’il vit aujourd’hui. Lui, le petit malien qui, il y a quelques années, écumait les rues d’Abidjan. Ce passage dans la capitale économique ivoirienne, le surnommé ‘’Spiderman’’ de Paris n’en fait pas un mystère.

Joint dans l’émission ‘’Rien à cacher’’ de Yves de Mbella sur radio Nostalgie, Mamadou Gassama a raconté sa vie sur les bords de la Lagune Ebrié. Une étape décisive avant sa traversée du désert libyen pour l’aventure européenne. « La Côte d’Ivoire, c’est mon premier pays d’accueil. J’étais à Adjamé, à côté de la pharmacie Roxy. J’ai passé 3 ans en Côte d’Ivoire. J’ai travaillé avec des brouettes à la gare de UTB, puis à la gare de train. Je poussais (transportais, Ndlr) du piment, de l’oignon, des tomates », révèle le futur pompier parisien en stage. « J’ai beaucoup de famille à Abidjan », ajoute le sans-papier malien devenu héro en France, qui traduit son attachement à la Côte d’Ivoire, d’où il a transité pour le périple de la méditerranée. Un périple dont il conte des souvenirs douloureux, avec les morts dont il a été témoin. « J’ai été beaucoup fatigué. Il y a eu beaucoup de morts dans le désert. Ma traversée a duré plus de 4 à 5 mois », témoigne dans un français très approximatif le fils du patriarche de 72 ans, Makha Gassama, au Mali.

Outre ces souvenirs amers, Mamadou Gassama peut partager certains plus joyeux. A l’image de sa première fois quand il a vu le célèbre artiste ivoirien du Couper Décaler, DJ Arafat. « Je l’ai vu à Abidjan. Il est passé dans sa voiture. Il allait faire un concert », s’en réjouit le jeune prodige malien qui ne cache pas son émotion quand il a été accueilli avec tous les honneurs, comme un chef d’Etat, à son retour au Mali, après son acte héroïque salué par tout le monde entier.

 

F.D.BONY

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.ci, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte