Autoroute du Nord : Des hommes armés sèment la terreur dans un village


L’insécurité n’a jamais été aussi inquiétante, depuis le samedi 11 août 2018, dans la localité de Sahuyé et environs, localité située à 80 km au Nord d’Abidjan, sur le flanc droit de l’autoroute du Nord.

En effet, de source sécuritaire, une demi-dizaine d’individus armés de fusil ont fait irruption dans ce bourg. Leur première incursion remonte au mercredi 8 août 2018, peu après 17h. Se réclamant être des « révolutionnaires », c’est au bruit de fusil avec des tirs nourris qu’ils ont pénétré le village. Les forces de l’ordre et de sécurité les ont identifiés comme étant Sika N’Da Melaine, Abo Amani Parfait, Abo Anselme N’Dokoué Mel Cariol, Dibault Assiman Frédéric et surtout Gnamba Ossoyou Roger, dit Caporal, ex-élement des Forces armées de Côte d’Ivoire, militaire radié. Ils disent avoir un message clair. Celui de la « transformation radicale du système du village » ;ils ne veulent plus de Dibi Joseph comme chef du village.

A relire: Hold-up en face du grand séminaire : Des hommes armés emportent les 95 millions de F Cfa d'une cimenterie

Pour démontrer qu’ils sont les maîtres des lieux, ils ont ordonné la fermeture des écoles et du Centre de santé. Ils ont isolé le village de Sahuyé, en érigeant des barricades pour empêcher toute entrée ou sortie. Des éléments de la brigade de gendarmerie de Sikensi, informés, ont débarqué sur les lieux. Dans la nuit du mercredi à jeudi, les hommes de la maréchaussée ont réussi à interpeller quatre des assaillants, notamment Abo Anselme, Sika N’Da Melaine, Gnamba Ossoyou Roger et Abo Amani Parfait.

Des autorités locales et politiques de Sikensi ont joué les bons offices pour obtenir la libération des ‘’semeurs de troubles’’. Ils sont certes libérés, mais munis de convocations de la gendarmerie pour « expliquer les motivations de leur soulèvement armé », au tribunal de Tiassalé. Malheureusement, la bande s’est reconstituée une fois les membres relâchés. Ils se sont à nouveau retrouvés au village. C’est ainsi que le vendredi 10 août 2018, des nouveaux tirs ont éclaté dans le bourg.

Certains jeunes du village, au prix de leur vie, ont tenté de braver la fusillade. Les « artificiers », gagnés certainement par la sagesse, n’ont pas pu pousser l’outrecuidance de tirer sur les jeunes révoltés. Le tribunal de Tiassalé qui a entendu les membres de cette bande armée, le lundi 13 août 2018, les a sommés de mettre immédiatement fin à leur manœuvre tendant à traumatiser les populations, au risque de subir la rigueur de la loi.

Lorsque nous nous sommes rendu à Sahuyé, le samedi 18 août 2018, c’est un calme précaire avec des populations traumatisées, que nous avons constaté. Les conversations tournaient principalement autour des actions du ‘’Caporal’’ et de ses hommes.

M’BRA Konan (envoyé spécial)

 

M'Bra Konan

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next

LES ARTICLES LES PLUS LUS

Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte