Retour de l'eau potable à Bouaké: «Le président de la République est parti à la Mecque et les retombées de ses bénédictions nous permettent d'avoir la pluie», estime le Ministre Tchagba Laurent


Le ministre Tchagba Laurent lors d'une visite à Bouaké

Un mois après sa visite, pour apporter sa solution à la pénurie d'eau à Bouaké, le ministre de l'Hydraulique, Laurent Tchagba a effectué ce vendredi 31 Aout 2018 une autre visite sur les installations de traitement d'eau potable.

Cette visite qui s'est voulue brève mais éfficace a permis à l'hôte du jour de constater la bonne évolution des travaux de pompage d'eau. Accompagné par plusieurs autorités administratives et politiques de la région de Gbèkè dont le prefet de région, Tuo Fozié, et le Directeur Général de l'Office National de l'Eau Potable (Onep), le patron de l'hydraulique a affiché un air on ne peu plus optimiste. "Je suis venu pour un suivi et évaluation des instructions que j'ai données. J'ai promis qu'en un mois le problème d'eau devrait être réglé. Et un mois après je suis venu pour le suivi et évaluation. Le ministre que je suis est chanceux parce que le président de la République est parti à la Mecque et les retombées de ses bénédictions nous permettent d'avoir la pluie. La pluie est abondante et la Loka est remplie", s'est-t-il réjoui avant de défendre sa thèse.

"Je n'ai pas eu tort de dire à mes collaborateurs de pomper la loka pour donner de l’eau à la population, ils avaient hésité, et aujourd'hui j'ai eu raison. Aujourd'hui dans les robinets l'engagement que j'ai pris se réalise avec l'eau potable qui est dans les robinets des populations. Mais ce n'est pas encore suffisant en mon sens dans la mesure où en pompant la Loka je suis pratiquement à 25.000 m3. Il me reste 5000 m3 à trouver pour que nous atteignions véritablement l'objectif de 30.000 m3", a justifié le natif d'Attécoubé avant de lever un coin de voile sur ses stratégies.

"Parallèlement à la stratégie de pompage de la Loka, j'ai mis en place la possibilité de créer 44 forages et je vais mettre en place 2 stations mobiles de traitement d'eau au niveau de 2 sites pour sécuriser la production et la distribution d'eau à Bouaké. L'autre stratégie c'est que le système d'adduction d'eau dans le Gbeke  a son cœur à Bouaké, et c'est à partir de ce cœur que nous distribuons l'eau à Diabo , Brobo, Sakassou et dans les autres localités de la zone. Donc la stratégie, c'est que j'ai décidé qu'on débranche ces zones et  qu'on rende autonome ces sites. Aujourd'hui ce travail étant fait, nous constatons que  le niveau de l'eau est réglé à 90%. Et dans les zones périphériques, cela est aussi réglé à 90%. Aujourd'hui ce travail étant fait nous constatons que le niveau de l'eau s'est amélioré. Nous travaillons à ce que les 44 forages soient réalisés dans les meilleurs délais et que ces 44 forages soient branchés au système et alors je vais atteindre le niveau des 30.000 m3 pour que la population soit véritablement à l'aise", a-t-il fait savoir.

Le député d'Attécoubé se veut tout de même prudent quant à la sécurisation des acquis . « Il faut sécuriser la zone de manière pérenne. Pour ce faire j'ai proposé qu'un projet soit rapidement exécuté. Et ce projet  consiste à prendre de l'eau directement à Béoumi pour pouvoir injecter  à la Loka pour que nous sécurisions de l'eau. Le faisant nous aurons de l'eau jusqu'en 2045", a rassuré Laurent Tchagba. Notons que lors de notre visite sur lesdites installations, le niveau de l'eau au barrage se situait entre 527 et 564 centimètres avec un cubage de plus de 2.500.000, selon des experts de la Sodeci. La station de traitement d'eau de la Loka affiche pour sa part une production de 5000 m3/ jour .

Simon DEBAMELA, à Bouaké 

Simon De BAMELA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte