Polémiques autour du montant des frais d’inscriptions dans les universités et grandes écoles : Le ministère fait des précisions


Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a fixé à 85 000 F Cfa le montant des frais d’inscriptions pour les értudiants affectés de l’Etat au titre de la nouvelle année acaédémqieu 2018-2019.

« Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en application de l’Arrêté N° 0198 /MESRS/CAB du 05 Novembre 2018, le Ministre Abdallah Albert Toikeusse Mabri, porte à la connaissance des parents d’élèves, des étudiants, et des fondateurs des établissements privés d’enseignement supérieur que les frais inscriptions pour les affectésde l’État, à compter de l’année académique 2018-2019, sont fixés à 85 000 francs CFA (Quatre-vingt-cinq mille francs CFA) toutes filières confondues », informait le jeudi 8 novembre 2018 les services du ministère à travers la plateforme Facebook.

A relire: Tenus pour responsables des frais annexes Les parents d’élèves répondent au gouvernement : « Supprimez les Coges et on verra… »

Un montant contre lequel beaucoup d’internautes se sont insurgés, le jugeant trop élevé. 24 heures ^plus tard, le ministère, par le même canal, a tenu à faire des précisions sur la question et tenter ainsi de faire taire la polémique naissante. A en croire la publication de ce vendredi 9 novembre, ce montant consensuel aurait été défini à l’issue de nombreuses consultations menées avec les différents acteurs concernés (fondateurs d'établissements privés d'enseignement supérieur, syndicats d'étudiants…).

« Suite aux nombreuses questions qui nous parviennent, la Direction de la Communication et des Relations publiques du Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique tient à souligner qu'il ne saurait avoir d'équivoque sur l'interprétation de l'arrêté ministériel relatif aux frais d'inscription ( applicable à partir de cette année académique 2018-2019 ) pour les étudiants affectés dans les universités et grandes écoles privées par l'État. (…) Il s'entend qu'on ne pourra pas conditionner la présence des étudiants aux cours au paiement de frais annexes », y lit-on.

Alassane SANOU

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte