Décès du Pr Sery Bailly : « C’est une énorme perte pour la Côte d'Ivoire », témoigne le ministre Bandama Maurice

« L’illustre disparu est une école de vie pour toutes les générations d’acteurs politiques en Afrique »
Ph DR

Dans une déclaration faite le mercredi 5 décembre 2018, à son cabinet sis au 22ème étage de la Tour E au Plateau, le ministre ivoirien en charge de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, a vanté les mérites de feu le Pr Sery Bailly, décédé le dimanche 02 décembre à Abidjan des suites d’un arrêt cardiaque. Pour lui, la disparition de cet illustre homme de lettres et de culture constitue une énorme perte pour la Côte d’Ivoire. Ci-dessous l’intégralité de sa déclaration dont Linfodrome a reçu copie.

« C’est avec une vive consternation que j’ai appris le décès, le dimanche 2 décembre 2018 à Abidjan, à l’âge de 70 ans, du professeur Séry Bailly, l’une des figures les plus agréables et les plus raffinées de l’intelligentsia ivoirienne et africaine.

Universitaire de renom, membre de l’Académie des Sciences, des Cultures d’Afrique et des Diasporas Africaines (ASCAD) et homme politique au commerce agréable, l’illustre disparu est une école de vie pour toutes les générations d’acteurs politiques en Afrique. Homme de grande ouverture, il était un défenseur des rencontres franches : celles qui, au-delà les appartenances politiques, permettent l’élévation des rêves communautaires.

Fidèle à ses principes de partage des grandes valeurs sociales et humaines, il a consacré sa vie à enseigner l’humilité, la sobriété, la solidarité et la défense des droits de l’Homme. Il est un grand contributeur à la culture de la paix et à la vie culturelle dans notre pays. Il est également un modèle d’intégrité.

L’hommage unanime qui lui est rendu par les populations depuis l’annonce de son décès témoigne de la haute qualité de son leadership.

En reconnaissance de son engagement humain, il a été fait membre de plusieurs instances visant le rapprochement fécond entre les fils de notre Nation, notamment la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR) et la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes des Crises survenues en Côte d’Ivoire (Conariv).

Sa disparition constitue une immense perte pour notre pays.

En ces moments de douleur et de recueillement, au nom de Monsieur le Président de la République, de Monsieur le Premier Ministre et de l’ensemble du Gouvernement, je salue la mémoire de cet acteur culturel, universitaire et politique qui a su se construire une identité aimée de toute notre Nation » .

 Fait à Abidjan, le 5 décembre 2018

 

 Maurice Kouakou Bandaman

 Ministre de la Culture et de la Francophonie

Philip Kla

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte