Concours d’entrée à l’Ena : Voici les nouveaux critères arrêtés


L’Ecole nationale d’administration (Ena) veut demeurer une école d’excellence. Pour ce faire, les responsables ne ménagent aucun effort pour permettre à cette école prestigieuse de former les élites de l’administration publique ivoirienne et celles de certains pays d’Afrique.

D’où les nouvelles dispositions juridiques prises dans le cadre de l’organisation des concours d’entrée à l’Ena pour l’année 2020. Le secrétaire général de cette école, Mathieu Koffi Koffi, s’est prononcé le jeudi 13 décembre 2018, sur les nouveaux critères arrêtés dans le cadre de l’organisation des concours d’entrée à l’Ena. Dans les locaux de l’établissement, à Cocody- Les II Plateaux, où il a animé une conférence de presse, M. Koffi a parlé longuement des nouvelles dispositions juridiques prises et surtout des innovations pour l’organisation des concours professionnels et directs. Selon le secrétaire général, au niveau des concours professionnels, il faut pour le cycle supérieur être âgé de 50 ans au plus tard le 1er janvier 2019 et 45 ans pour les cycles moyen supérieur et moyen.

A relire: Politique nationale : Alain Lobognon justifie l’admission de Fofié à l’Ena et suscite un débat

De plus, il faut avoir passé respectivement 3,4 et 5 ans d’ancienneté à la fonction publique. « Seules les familles des emplois à caractère administratif et juridique et de gestion économique et financière sont autorisées aux concours professionnels de l’Ena », a expliqué M. Koffi, avant de préciser que les cours de préparation sont obligatoires pour tous les cycles. Même les candidats pour le concours direct n’échappent pas à cette réglementation. Toutefois, ils doivent, pour le cycle supérieur, avoir entre 18 et 41 ans, pour ce qui est de l’âge. Quant aux cycles moyen supérieur et moyen, les postulants doivent être âgés de 18 à 38 ans et de 18 à 33 ans, au 1er janvier 2019. Pour les candidats des concours directs, ceux qui aspirent à se lancer pour le cycle supérieur sont invités à être titulaires d’un diplôme de fin de second cycle de l’enseignement supérieur ou d’un diplôme admis en équivalence. Pour le cycle moyen supérieur, a indiqué le conférencier, les candidats ont pour obligation de présenter un diplôme de fin d’études du premier cycle universitaire, d’un Brevet de technicien supérieur (Bts).

Quant au cycle moyen, le concours est ouvert aux personnes titulaires du Baccalauréat ou d’un Bts. « Tous les candidats doivent justifier de la possession du Baccalauréat », a souligné le secrétaire général. Mieux, M. Koffi a signifié que les épreuves écrites d’admissibilité des concours directs comprennent une étape de présélection à l’issue de laquelle les candidats suivront des cours de préparation obligatoires. Pour une meilleure organisation de ces concours, des dispositions pratiques ont été prises. A en croire Mathieu Koffi Koffi, les inscriptions en ligne sont ouvertes du 13 décembre 2018 au 31 janvier 2019. Pour les concours professionnels, a souligné le conférencier, les frais d’inscription ont été fixés à 45.000 F Cfa et à 26.500 F Cfa pour les concours directs. A cela, a expliqué le secrétaire général, il faut ajouter les frais des cours de préparation qui s’élèvent à 50.000 F Cfa pour les professionnels et à 30.000 F Cfa pour les concours directs.

 

Elysée YAO

 

 

Elysée Yao

|

  • SOURCE: Soir info
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte