Abidjan

Yopougon : Un opérateur économique accuse une société immobilière de dégrader l’environnement


Au mois de mars de l’année écoulée, avant de se rendre en Italie où il réside, Gbeulia Bahon Hubert, opérateur économique ivoirien, avait adressé une lettre ouverte à la ministre de la Salubrité urbaine et de l’Assainissement pour attirer son attention sur la dégradation de l’environnement qu’il a imputée à la société immobilière SCI Les Lauriers. De retour au pays, il est revenu à la charge.

M. Gbeulia Bahon Hubert, opérateur économique ivoirien résidant en Italie, en veut à la société immobilière SCI Les Lauriers contre laquelle il dit avoir engagé un procès. Il reproche à cette société d’avoir réalisé des travaux sur un site voisin, et qui lui ont causé d’énormes préjudices, selon ses propres termes. Il a expliqué qu’en 2003, il a acquis un terrain à Yopougon quartier Niangon Académie de la Mer sur lequel devrait être érigé un immeuble R+3 pour la construction d’un hôtel de quarante chambres. Il précise que ce terrain qu’il a mis en valeur en faisant la fondation en 2006 avant de repartir en Europe « ne présentait aucune anomalie autant sur la surface concernée, ni aux alentours ».

Mais six ans plus tard, soit en 2012, de retour au pays pour la reprise des travaux, il a été surpris de constater « un trou béant de plus de 2 mètres » à 7 mètres de sa fondation. La pluie et l’érosion ont fait leurs effets et aujourd’hui, après une expertise d’un géologue, Gbeulia Hubert est contraint de renoncer à son projet de construction d’un immeuble R+3 pour un immeuble R+1 en tenant compte de l’avancée progressive du trou.

Dans le courant du mois de janvier 2018, il fait un nouveau constat. En tout cas pas du tout reluisant : « Le trou qui faisait auparavant deux mètres s’est considérablement agrandi, constituant un véritable danger pour les populations environnantes. Le site est devenu un véritable dépotoir de déchets et d’eaux usées néfastes pour la santé ». Face au « danger », l’opérateur économique a renoncé à son projet alors qu’il avait déjà entamé des travaux.

L’opérateur économique dit avoir porté l’affaire devant le tribunal d’Abidjan Plateau qui a demandé une contre-expertise.

Au niveau des responsables de la société immobilière incriminée, on tombe des nues. En effet, après un rendez-vous pris avec M. Assalé, directeur de SCI Les Lauriers, il a soutenu qu’il n’est pas au courant de cette affaire, donc n’a pas souhaité en dire plus.

Affaire à suivre donc.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte