Syndicat estudiantin : 4 jours sans nouvelle d'Aristide Ozoukou, leader de la Coeerci, le ton monte au sein des élèves et étudiants


Aristide Ozoukou, SG de la Coeerci, introuvable depuis le samedi 9 février 2019

Le Secrétaire général de la Coordination des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Coeerci), Aristide Ozoukou, est recherché depuis le samedi 9 février 2019 où il aurait été victime d’un enlèvement d’inconnus à bord de 4 véhicules. Sa famille et ses camarades s’inquiètent et haussent le ton pour le retrouver.

 

C’est le samedi 9 février 2019, aux environs de 15h30, que Aristide Ozoukou, Secrétaire général national de la Coordination des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Coeerci) a été enlevé par des hommes en armes à Divo, selon les informations émanant de ses camarades de lutte. Le leader du syndicat estudiantin serait avec une compagne, en mission auprès des apprenants de la cité du Djiboua dans le cadre de la grève des enseignants qui paralyse l’école ivoirienne. Ozoukou, à en croire les témoignages des membres de son Bureau exécutif recueillis auprès de sa compagne du jour, aura été pris en pleine journée, au petit marché du quartier ‘’Bada’’ par des civils encagoulés, arborant des débardeurs, et à bord de 4 véhicules de type 4x4 dont trois de couleur noire et un de marque Honda CRV bleu ciel. Où ces individus armés ont-ils envoyé le jeune leader syndical ?

Là se trouve la question qui trône sur les lèvres de la famille biologique, mais aussi des camarades de lutte de Aristide Ozoukou sans nouvelle de lui depuis 4 jours, à cette date.

Reçus à la rédaction de linfodrome.ci, le Secrétaire général 1 de la Coeerci, Marc Stéphane Gbédia, accompagné de Pierre Ozoukou, le cadet du disparu, devient de plus en plus inquiet. « Les jours passent, et nous n’avons toujours pas de nouvelle du leader. Nous croyons encore à la bonne fois de nos autorités. Nous espérons retrouver le plus tôt possible notre Secrétaire général. Faute de quoi, nous serons poussés à engager des actions d’envergure sur le terrain pour réclamer qu’on nous rende notre leader », menace l’adjoint à Aristide Ozoukou, qui pense que les appels lancé au soulèvement des élèves par son leader contre une probable année blanche qui se profile, aura sans doute été à l’origine de son « enlèvement » par des inconnus en arme.

De son côté, Pierre Ozoukou relate les recherches engagées par la famille biologique du disparu pour essayer de le retrouver. « Jusqu’à présent, nous sommes à la recherche de notre frère. Nous avons saisi des organismes des droits de l’Homme comme Amnesty international et la Lidho », souligne le cadet du Secrétaire général de la Coeerci, qui révèle que sa famille et lui ont eu à faire le tour déjà de plusieurs casernes dont la préfecture de police de Divo, la Dst (Direction de surveillance du territoire), la brigade de recherche de la gendarmerie nationale, et la police criminelle. « Sa vie est entre leur main. Nous ne savons pas ce qu’il a fait de grave pour qu’on l’enlève. La famille réclame son fils. Qu’on nous le rende », plaide Pierre Ozoukou, visiblement affecté par l’absence de son aîné.

F.D.B

Félix D. Bony

|

  • SOURCE: Linfodrome
Previous ◁ | ▷ Next
 
Vous n'avez pas de compte? Créez votre compte

Connectez vous a votre compte